Compte rendu des ateliers d'échanges pluridisciplinaires du 1er semestre 2014
Newsletter RéuCARE: compte rendu ateliers d'échanges pluridisciplinaires du 1er semestre 2014
Les 14 juin et 28 juin 2014, RéuCARE organisait des ateliers d'échanges de pratiques réunissant des professionnels de santé de disciplines variées. 
 
Ces ateliers ont pour but de permettre aux professionnels de se rencontrer, d’échanger sur leurs pratiques professionnelles concernant les personnes atteintes de maladie rénale chronique (constats, réussites et difficultés) et de produire des recommandations autour des thèmes abordés.  Pour chaque thème, un expert anime les échanges et témoigne de sa pratique.
 
Dans le but d'améliorer les pratiques, les participants ont souhaité diffuser certaines recommandations et éléments importants qui sont ressortis des ateliers.  Nous les présentons ici. 
 

Les premiers stades de la maladie rénale chronique: dépistage, prise en charge, recours au néphrologue

Éléments qui ressortent des ateliers d’échanges:

  • L’importance du dépistage : La Maladie Rénale Chronique (MRC) est fréquente et nécessite un diagnostic précoce afin d'éviter l'aggravation par la mise en place d'une prise en charge adaptée (stade de gravité, âge).   
  • Dépister en priorité les personnes à risque (liste non exhaustive): 
    • Diabète
    • Hypertension
    • Plus de 60 ans
    • Obésité
    • Infections urinaires ou calcul rénal
    • Antécédents familiaux d'insuffisance rénale chronique
  • Comment dépister : Mesurer au moins une fois par an le Débit de Filtration Glomérulaire (DFG) et l’albuminurie (ratio albuminurie/créatininurie: RAC).  Un diagnostic de MRC sera posé lorsqu’une anomalie de la fonction rénale persiste plus de 3 mois.  Pour en savoir plus Cliquez ici
  • Recours au néphrologue : Adresser les patients précocement chez le néphrologue permet d’éviter qu’ils arrivent en urgence et permet d'aborder les différents traitements petit à petit, notamment la greffe et l’alimentation.  De manière générale, le recours au néphrologue est recommandé en cas de doutes sur la nature de la maladie rénale ou de nécessité d'examens spécialisés pour le diagnostic étiologique (HAS 2012). 
Pour en savoir plus…
Présentation du Dr M. AMMAR, Néphrologue (14 juin)
Présentation du Dr B. BOURGEON, Néphrologue (28 juin)
 

Promotion de la greffe rénale en ville: comment expliquer et motiver le patient

Éléments qui ressortent des ateliers d’échanges:
  • On observe un déséquilibre entre l’offre et la demande à La Réunion puisqu'en 2013 seulement 10% des patients en attente ont eu accès à une greffe.
  • Une mobilisation de l’ensemble des professionnels est nécessaire afin de promouvoir la greffe auprès des donneurs et des receveurs potentiels.  Il est proposé que les professionnels parlent du don à leurs patients afin qu'ils prennent position à propos du don de leurs organes et qu'ils fassent savoir ce choix à leurs proches.
  • La greffe est de meilleur pronostic que la dialyse et améliore la qualité de vie des receveurs sans compromettre celle des donneurs vivants :
    • Taux de mortalité bien inférieur chez les greffés que chez les dialysés (5 x inférieur chez les 60-80 ans)
    • L’enquête nationale sur la qualité de vie montre que la qualité de vie (santé physique et mentale perçue) des donneurs vivants est maintenue ou augmentée et que 98% referaient le geste (Cliquez ici pour accéder à l'enquête)
Pour en savoir plus…
Présentation du Dr M-P CRESTA, Réanimation polyvalente  (14 juin et 28 juin)
 

L'alimentation dans les premiers stades de la maladie rénale chronique

Éléments qui ressortent des ateliers d’échanges:
  • Attention au sel et aux protéines dans l’alimentation du patient atteint de MRC.  Le mot d’ordre devrait être ni trop ni trop peu.
    • Sel :
      • Alerter le patient sur les sels cachés dans certains aliments (ex. sauce soja, eau minérale)
      • Expliquer qu'il n’existe pas de substitut salé au sel (sel diététique, sel d’Himalaya, etc.)
    • Protéines :
      • Les restrictions alimentaires protidiques peuvent provoquer une dénutrition.  Un excès protidique peut aggraver la MRC.  Si besoin, demandez une aide à un diététicien ou à un nutritionniste. 
  • Plus la fonction rénale se dégrade, plus les contraintes alimentaires deviennent importantes pour le patient, d’où l’importance du dépistage précoce de la MRC afin d'être progressif dans la présentation des recommandations diététiques.
Pour en savoir plus…
Présentation de S. CHARRIÈRE-BARBAROUX, diététicienne (14 juin)
Présentation de C. BONNEVILLE, diététicienne (28 juin)
 

Zoom du mois :

Pensez à inclure vos patients atteints de maladie rénale dans RéuCARE : le réseau reste ouvert et actif pendant la période de congés (juillet-août)!

Cliquez ici pour accéder aux documents d’inclusion. 

Si besoin, appelez-nous et nous vous aiderons à simplifier la démarche.

 
Copyright © 2014 RéuCARE, Tous droits réservés

Email Marketing Powered by Mailchimp