Copy
Les directeurs d'hôpital assument. Mais jusqu'à quand ?
Pour être sûrs de recevoir nos messages, ajoutez contact@smpsante.fr à votre carnet d'adresses.

CAPN des directeurs d'hôpital :
Les directeurs assument. Mais jusqu'à quand ?

15 septembre 2016

En cette Commission administrative paritaire nationale de rentrée, le SMPS a fait part de ses inquiétudes.

L’« acte I» de la constitution des Groupements hospitaliers de territoire (GHT) a pris fin cet été avec la définition du périmètre des 135 GHT. Mais tout reste à construire, en premier lieu le projet médical partagé entre des établissements qui, parfois avaient déjà développé de fortes synergies lorsque d’autres ne coopéraient volontairement pas.

L’hétérogénéité du périmètre des GHT et les diversités de contextes locaux démontrent, si un doute existait, qu’il ne peut y avoir de modèle unique et hiérarchique déterminé nationalement

Seul peut être fixé nationalement un objectif de convergence pertinent et en accord avec le projet médical partagé proposé par les acteurs de terrain.

Assumer, les directeurs le feront, comme toujours, avec les ingénieurs et cadres de leurs équipes. Mais ils ne pourront le faire sans que soit reconnu le bouleversement de leurs conditions d’exercice et de fonctions.

Et ce bouleversement, les directeurs en ont conscience. Ainsi, un sondage réalisé cet été sur la mobilité après la loi santé, dont le détail sera présenté à la journée thématique nationale du SMPS sur le sujet, met en lumière que la mise en place des GHT aura comme impact une plus grande spécialisation du métier pour 91% des DH répondants.

A l’heure où les groupes de travail annoncés en Comité de suivi GHT se réunissent pour la première fois, et dans le contexte où la sujétion particulière de l’exercice territorial des médecins hospitaliers, a déjà été traité en concertation attractivité, cette reconnaissance ne pourra pas être symbolique. 72% des répondants considèrent que la valorisation de l’exercice territorial doit se concrétiser de manière urgente.

Les premiers échanges avec le ministère laissent entrevoir la possibilité d’une élévation des échelons sommitaux des emplois fonctionnels pour distinguer les plus hauts emplois. C’est une piste essentielle pour le SMPS. Mais encore faudrait-il que le premier niveau de progression des ces emplois qui figurent dans les décrets examinés par le CSFPH au mois de juin aboutisse. Il est rappelé que ce processus est la nécessaire articulation entre le sommet de grade de la hors classe et le plancher des emplois fonctionnels, ni plus, ni moins.

Le SMPS a été très demandeur de nouvelles mesures d'accompagnement des équipes de direction. Il se réjouit de les voir inscrites dans les objectifs du comité de suivi et plus particulièrement du Conseil d’administration du CNG.

Qu’il s’agisse des critères de mobilité à retenir pour l’accès à la hors classe, des critères d’accession aux chefferies, des modalités pratiques d’accès aux plus hauts emplois, des maquettes de formation et de la définition de passerelles, des dispositifs de soutien aux accidents de la vie professionnelle, ce sont bien tous nos outils de gestion du corps de directeur d’hôpital qui doivent être réinventés, sans tarder. Cette valorisation des nouvelles modalités d’exercice ne peut concerner uniquement les directeurs d’établissements supports.

Le SMPS attend donc l'adaptation des statuts, notamment du statut de directeur d’hôpital, et un accompagnement positif de ces changements dès cet automne, afin que les nouvelles modalités d’exercice soient valorisées.

Voilà les sujets essentiels, ceux qui préoccupent les directeurs d’hôpital, et non la vieille antienne de la fusion des corps, dont on nous promet d’autant plus monts et merveilles qu’on se garde bien d’expliquer quelles seraient ses modalités, ni en quoi elle apporterait une quelconque réponse aux vrais enjeux auxquels sont confrontés chaque jour les directeurs. Il en va en effet de la fusion des corps comme du fameux « Brexit » : avant, des rodomontades et du flou, après, des désillusions et des regrets.


La Directrice générale de l'offre de soins, qui présidait la CAPN, nous a apporté les réponses suivantes :

  • Déclinaison juridique et opérationnelle de la mise en place des GHT : la DGOS a consulté le Conseil d'Etat. Elle en rendra compte aux syndicats de directeurs des précisions apportées et demandera leur avis.
  • Accompagnement statutaire : la DGOS travaille sur le mandat ouvert avec l'accord du cabinet de la ministre. Une réunion de concertation, le 23 septembre, fera l'objet d'échanges détaillés.
  • Evolution « métier » : les syndicats de directeurs vont être invités, notamment avec la FHF, à plusieurs séminaires sur le sujet, dans le cadre des annonces faites par la ministre au printemps.
  • Accompagnements individuels et collectifs : ce sont bien tous les directeurs (chefs et adjoints) qui seront éligibles à ces dispositifs


Ainsi, nos demandes semblent avoir été entendues sur la concertation et l’accompagnement, mais le travail ne fait que commencer en ce qui concerne le champ statutaire.

Alors certes, les directeurs d’hôpital assument. Mais jusqu’à quand ?




 
Le SMPS porte la vision des directeurs et des cadres hospitaliers,

fidèle aux valeurs d’un service public de santé tourné vers l’avenir

    SMPS -  Bâtiment de l'IFSI - Cour Mazarin - 47 Boulevard de l'Hôpital - 75651 Paris Cedex 13
Tel : 01 40 27 52 21 - contact@smpsante.fr
Copyright © *2016* *SMPS*, Tous droits réservés.

Notre site internet:
*http://www.smpsante.fr/*
Se désinscrire de cette liste    Modifier vos préférences 
Partager cette newsletter