Copy

 Collectif neuchâtelois 
 pour la Grève Féministe 


Cher·ère·s tou·te·s, 
Nous espérons vivement que notre message vous trouve en bonne santé, ainsi que vos proches. 

À l'occasion de la Fête de mères nous vous proposons une réflexion autour des enjeux de la garde d'enfants, plus que jamais d'actualité en cette période de confinement, et qui risquent de tomber dans l'oubli avec une reprise de la «normalité». Le premier «lockdown» se desserre, mais nous ne relâchons pas nos efforts.

FÊTER LES MAMANS UNE FOIS PAR AN,
ÇA NE SUFFIT PAS !


La crise du Covid-19 révèle ce que nous savons depuis longtemps : le travail de soins et d'éducation des enfants ne fonctionne en Suisse que grâce aux innombrables heures de travail essentiellement assumées par les mères. Les chiffres sont là : un milliard d'heures de travail d'éducation et de soins fournis gratuitement à la maison, ce qui représente une valeur de 248 milliards de francs par an ;  250 millions d'heures/an (mal) rémunérées dans le secteur de l'éducation et des soins. Et pour toutes les femmes qui ont des enfants, la crise du Covid-19 implique encore plus de travail, encore plus de responsabilités. Sans compensation, sans diminution de leur temps de travail salarié, et, pour un grand nombre d’entre elles, sans partage. Une fête, des applaudissements, mérités certes. Mais ça ne suffit pas.

Nous publions aujourd’hui une vidéo, sous-titrée par nos soins, mais réalisée par un groupe de mères et d’éducatrices de la petite enfance de Berne (EKdM, Eidgenössische Kommission « Dini Mueter » / Commission fédérale « Ta mère »). Leur travail de mères et d’éducatrices de la petite enfance, elles le font avec amour. Et c’est un beau travail. Mais pourquoi ce travail ne vaut-il rien ou si peu quand il s’agit de le reconnaître, au niveau des salaires, de la rente AVS, pour un droit à une diminution du temps de travail salarié sans diminution du revenu familial, afin d’en faciliter le partage ?

Le texte complet ici , et ci-dessous la vidéo !
Réalisation : EKdM 
Traduction en français et sous-titres :
Collectif neuchâtelois pour la grève féministe

JOURNÉE NATIONALE DE LA GARDE D'ENFANTS


Demain 11 mai nous célébrons la Journée nationale de la garde d'enfants. C'est une première en Suisse, et à partir de 2020 cette Journée sera célébrée chaque année le lendemain de la fête des mères. Cette tradition existe en Allemagne depuis 2012, où cette Journée est l'occasion pour mettre l'accent sur la solidarité et sur la visibilité des services de garde d'enfants rémunérés et non rémunérés de 0 à 18 ans. 

En Suisse cette initiative a été lancée par trois organisations Eidenössische Kommission dini Mueter (EKdM), Trotzphase, Elternkomitee Kinderbetreuung, sous le slogan « Du temps et de l’argent pour la garde d'enfants ! ». Ces organisations luttons pour l'élaboration de politiques féministes en matière de soins maternels et infantiles, et contre les conditions de travail précaires dans les crèches et les garderies postscolaires. 
 

Plus d'informations au sujet de la Journée de la garde d'enfants ici (allemand). 
 
Photo ©Thalie Rossetti

PRÉPARONS LE  14 JUIN 2020!


(Re)prendre notre temps, c'était le thème prévu pour le 14 juin prochain, qui sera un dimanche. Le coronavirus est passé par là et impose un autre cadre de mobilisations et de revendications.

Préparons-nous ensemble! Ce sondage te permet d'exprimer tes idées, tes envies et de partager tes préoccupations: https://framaforms.org/14-juin-2020-1588062396.

Et rejoins-nous lors de la prochaine rencontre virtuelle du collectif neuchâtelois via Zoom: mardi 12 mai à 20h. 

Contacte-nous à l'adresse grevefeministeneuchatel@gmail.com pour recevoir le lien de la réunion ou pour tout renseignement supplémentaire! 
 
Image ©Agnieszka
Même confinées, on ne lâche rien !

Amour & sororité,
Le Collectif Neuchâtelois

 
Photo de couverture ©Agnieszka
 
Facebook
Twitter
Link
Website
Vous avez reçu notre newsletter suite à votre inscription. Nous vous invitons à la partager avec votre réseau. Pour s'inscrire c'est par ici.


Copyright © 2020 Collectif neuchâtelois pour la Grève féministe, Tous droits réservés.