Copy
Bulletin trimestriel FGB – Volume 2.2

share on Twitter
04/22/2014
 
GBF logo
Bon printemps!

Le panel de sélection de TRAM examine actuellement les trois propositions finales. Nous sommes impatients d’annoncer le réseau TRAM sélectionné lors d’une conférence de presse prévue pour le 13 juin 2014.

Nous remercions tous les intervenants qui attirent l’attention sur la Coalition pour l’accès à la psychothérapie (CAP) dans les médias sociaux. Durant son entrevue avec Tommy Schnurmacher sur CJAD 800 AM, Jim Hughes a parlé de la CAP et de nombreux enjeux importants ayant trait à la santé mentale. Les commentaires que nous avons reçus par la suite confirment la nécessité d’agir.

Pour conclure, nous aimerions remercier la coordonnatrice principale de la FGB, Caroline Ure, pour l’excellent travail qu’elle a accompli au cours des trois dernières années. Nous lui souhaitons bonne chance dans toutes ses futures entreprises.

Cordialement,

Joelle Sholzberg
Gestionnaire de communication
Connectez-vous à FGB

TwitterYouTubeLinkedIn
Dans ce numéro
Sandbox logo
Projet Sandbox
Sandbox annonce la phase deux de son projet sur la santé mentale.
PFC logo
Fondations philanthropiques Canada
La FGB met l’accent sur l’engagement de FPC envers les fondations et les œuvres philanthropiques.
<img>Atlas Shrugged
La Révolte d’Atlas
Aaron Brown, un membre du panel de sélection de TRAM, décrit ses expériences de travail avec des jeunes en pleine transition.

Projets

 

Le projet Sandbox et son initiative en santé mentale

La FGB est fière d’appuyer la phase deux de l’initiative en santé mentale du projet Sandbox. Au cours de cette seconde phase, une application mobile (appli) sera créée afin d’aider les adolescents et leur famille à gérer leur maladie mentale. L’appli offrira aux utilisateurs l’accès à leur dossier médical et leur permettra de suivre leurs humeurs, leurs activités et leur réponse au traitement. Les prestataires de soins pourront aussi utiliser l’appli pour rester en contact avec leurs patients et pour collaborer avec les autres prestataires de soins de ceux-ci.

La Phase deux a été annoncée en janvier dernier au quatrième congrès et atelier annuel national Sandbox (cliquer ici pour voir le communiqué de presse), un événement qui a attiré des experts en santé mentale des enfants et des adolescents ainsi que d’autres intervenants qui défendent leur cause. Le projet Sandbox est actuellement en attente des lettres d’intérêt de sites qui souhaitent poser leur candidature pour la phase deux.

Portrait

 

FAQ avec Hilary Pearson, présidente de Fondations philanthropiques Canada (FPC)

FPC a récemment célébré son 15e anniversaire. En quoi la philanthropie a-t-elle changé au Canada au cours des 15 dernières années?
La philanthropie au Canada a gagné en nombre en raison d’une accélération de la création de fondations privées, particulièrement depuis le milieu des années 2000. Elle a aussi gagné en sophistication, puisqu’un plus grand nombre de philanthropes possédant une expérience en gestion d’entreprise et désireux d’avoir une influence significative sur la société se sont mis de la partie, et que les fondations déjà établies profitent davantage des ressources et de la formation offertes par l’entremise de réseaux comme FPC. En dernier lieu, l’envergure et l’importance des activités conjointes des fondations ont beaucoup augmenté. Vu un tel intérêt, FPC a créé davantage de plateformes de collaboration, telles que son Carrefour des membres, et des plateformes Web pour les groupes d’affinité de fournisseurs de fonds.

Quelle est l’utilité de la plateforme de groupes d’affinité de PFC?
En offrant des plateformes Web sur son site Web, PFC vise à faciliter les activités conjointes des groupes d’affinité de fournisseurs de fonds sans que ceux-ci aient à établir leur propre infrastructure. Les plateformes de groupes d’affinité sont contrôlées directement par les fournisseurs de fonds et permettent aux groupes de partager de l’information et des documents, de publier des événements et d’aider les fournisseurs de fonds à se trouver les uns les autres. L’un des premiers de nos groupes d’affinité à avoir utilisé cette plateforme est le groupe d’affinité en santé mentale et bien-être — fondé en 2013 —, sous l’égide de la Fondation Graham Boeckh. Nous encourageons les nouveaux groupes d’affinité à émerger plus rapidement en utilisant la plateforme prête à l’emploi.
Quels sont les défis que devra affronter la philanthropie au cours des prochaines années?
L’un des enjeux majeurs auxquels la philanthropie fait face est de comprendre les besoins réels et de trouver comment travailler de manière plus efficace, ensemble ainsi qu’avec les partenaires, pour générer un changement social novateur. Bon nombre de défis sociaux importants et compliqués attendent le Canada dans un proche avenir, notamment celui de trouver comment établir de meilleures relations avec les Premières nations, comment composer avec la dégradation de l’environnement et comment assurer une meilleure qualité de vie pour tous dans nos villes, y compris les populations de nouveaux immigrants. Pour ce faire, les organismes philanthropiques canadiens devront inéluctablement faire appel au réseautage et à la collaboration à une plus vaste échelle. Trop d’œuvres philanthropiques fonctionnent toujours en silos; il sera donc important de briser ces silos au cours des prochaines années afin d’accroître l’impact. Les réseaux de FPC ainsi que d’autres organismes philanthropiques dotés d’une infrastructure joueront un grand rôle dans ce processus.

PFC conference logo

FPC tiendra son premier congrès annuel à Halifax en octobre prochain. Ce congrès explorera la réponse des œuvres philanthropiques aux enjeux sociaux et environnementaux que le Canada devra affronter au cours du 21e siècle. Le congrès s’adresse à tous les subventionneurs, membres et non-membres. Plus de détails sur pfc.ca

La révolte d’Atlas

Par Aaron Brown

À titre de chefs de la vie étudiante en résidence, mes collègues et moi sommes en quelque sorte responsables de maintenir le bien-être des étudiants à l’université. Bien qu’on nous rappelle tout au long de l’année que nous sommes d’abord et avant tout des étudiants, nous avons tendance à nous sentir comme si nous portions sur nos épaules non seulement le poids de notre propre monde, mais aussi celui de tous les résidents — Atlas reprend vie en chacun de nous. Il faut dire qu’être chef entraîne une certaine pression : rester fort lorsque les autres sont faibles, résoudre les problèmes de tout un chacun, supporter l’insupportable. S’il y a une leçon que j’ai retenue au cours de mes trois années au sein de l’équipe de la vie étudiante en résidence, c’est qu’il est impossible de porter le poids du monde sur ses épaules, peu importe l’ardeur qu’on met pour tenter d’y arriver. Donc, puisque nous ne pouvons pas tout régler pour nos étudiants, nous devons réexaminer notre mission. Voyez-vous, notre objectif n’est pas de porter le monde de chacun des étudiants sur nos épaules, mais de les aider à le faire, de contribuer à bâtir une communauté d’étudiants capables de s’aider eux-mêmes. Cela ne signifie pas que nous ne devons pas aider les autres — de toute façon, je ne pense pas pouvoir convaincre quiconque que c’est ce que je crois —, mais nous ne devons pas et nous ne pouvons pas constamment faire pour les autres ce qu’ils ne peuvent pas faire pour eux-mêmes. Nous devons éduquer nos jeunes à être autosuffisants. Songez un peu combien la vie aurait été plus douce pour Atlas s’il n’avait pas eu à porter tout le poids du monde sur ses épaules. 

Aaron est étudiant à la Nipissing University et se passionne pour le travail et la promotion du bien-être auprès des jeunes et des adolescents. Aaron est aussi l’un des membres du panel de sélection de TRAM.
Copyright © 2014 Graham Boeckh Foundation, All rights reserved.


Email Marketing Powered by Mailchimp