Copy
Communiqué - Pour publication immédiate
Vous ne pouvez visualiser ce courriel? Ouvrez-le dans votre fureteur.
Facebook
@REFO_etudiants
YouTube
refo.ca
Courriel
Pour publication immédiate
COMMUNIQUÉ

Accès aux études postsecondaires en français : 
Une égalité réelle pour les étudiant.e.s franco-ontarien.ne.s !


 
Ottawa, mercredi 9 octobre 2013 – Le Regroupement étudiant franco-ontarien (RÉFO) accueille favorablement les constats du Commissaire aux services en français, qui publiait cet après-midi son rapport d’enquête Abolition de la bourse pour étudier en français : L'importance de bien faire ses devoirs. Ce rapport revient sur les conséquences de la décision du gouvernement ontarien d’abolir la Bourse pour étudier en français, la seule aide financière gouvernementale qui appuyait depuis 1975 les étudiant.e.s qui désiraient poursuivre leurs études dans un programme de langue française en Ontario ou ailleurs au Canada.
 
« Ce rapport fait écho aux revendications de nos membres quant à l’importance de reconnaître les besoins spécifiques des étudiant.e.s francophones, qui font face à un nombre plus élevé d’obstacles lorsqu’elles et ils choisissent de poursuivre des études postsecondaires dans leur langue. Le rapport illustre bien que l'objectif de la Bourse pour étudier en français était d’inciter les membres de la minorité linguistique à poursuivre des études dans leur langue, ce qui est très différent des autres aides financières mises de l’avant par le gouvernement, qui sont axées principalement sur les besoins financiers », souligne Geneviève L. Latour, coprésidente du RÉFO.

« Afin d'assurer une égalité réelle des chances entre les étudiant.e.s de la majorité et de la minorité linguistique,  nous réitérons l’importance de mettre en place des mesures positives spécifiques aux francophones », ajoute Bryan Cayouette, second coprésident du RÉFO.

Enfin, le RÉFO est d'avis que les défis des étudiant.e.s francophones qui désirent étudier dans leur langue dépassent seule la question de l’aide financière. « Nous croyons que la meilleure solution pour réduire l’endettement des étudiant.e.s francophones réside dans l’augmentation substantielle du nombre de programmes postsecondaires disponibles en français dans toutes les régions de la province. Cela réduira la nécessité pour les francophones des régions éloignées de devoir assumer les coûts de transport et de déménagement vers les villes comme Sudbury ou Ottawa pour étudier dans leur langue », conclut Isabelle Gagnon, troisième coprésidente du RÉFO.
 --
 
Le conseil d’administration du RÉFO profite de la sortie du rapport du Commissariat afin de réinviter la communauté franco-ontarienne à participer aux consultations régionales des États généraux sur le postsecondaire en Ontario français, qui se tiennent cet automne à travers la province.
 
-30-
 
Pour des renseignements supplémentaires :
Alain Dupuis, Coordonnateur général
Regroupement étudiant franco-ontarien (RÉFO)
1 (613) 857-1333 | info@refo.ca | www.refo.ca
 

Le RÉFO est l'organisme porte-parole des 22 000 étudiant(e)s du postsecondaire franco-ontarien. Sa mission est de défendre le droit des étudiant(e)s en Ontario français d’étudier en français dans le programme et la région de leur choix, dans un contexte où elles et ils gèrent les leviers de leur éducation et afin qu’ils et elles puissent s’épanouir dans l’ensemble de la communauté franco-ontarienne et puissent y contribuer.