Copy

 

Lettre ouverte

Pour diffusion immédiate


Lettre ouverte du RÉFO sur la situation à l'Université Laurentienne


Aux membres de la communauté franco-ontarienne,
À nos allié.e.s,
Aux différents paliers de gouvernement,
Et, surtout, à nos ami.e.s du Nord,

 


Lundi le 12 avril 2021 restera longtemps gravé dans les mémoires des communautés du nord de l’Ontario. Nous avons pris connaissance, comme vous, des annonces de l’Université Laurentienne concernant les coupures d’une soixantaine de programmes et de la mise à pied d’une centaine de professeurs.

L’annonce d’aujourd’hui est choquante. Choquante car elle se fait dans un contexte où l’administration de l’Université Laurentienne a fait preuve d’un flagrant manque de transparence envers sa communauté étudiante et universitaire. Les problèmes financiers de l’Université se sont accumulés sur près d’une décennie, décennie durant laquelle l’institution a continué d’investir massivement dans ses infrastructures au détriment de son éducation, et durant laquelle elle a préféré éviter de divulguer sa situation financière à la communauté et au gouvernement. Le tout s’est culminé par des décisions prises à huis clos, sans consultations et débats, des faux-choix auprès d’acteurs qui avaient le fusil sur la tempe, et la dissolution d’une fédération vieille de 60 ans la veille d’un congé et aux dernières lueurs du jour.

Nous comprenons que l’Université Laurentienne n’est pas la seule responsable de cette malheureuse situation, et que les sous-investissements récurrents des différents gouvernements qui se sont succédé à la tête de notre province n’ont fait qu’accentuer les disparités en éducation. Toutefois, nous ne pouvons pardonner à l’institution d’avoir utiliser des fonds de recherches, des fonds destinés aux bourses et aux étudiants, et des dons ciblés afin de financer des dépenses administratives. Et nous ne pouvons lui pardonner d’avoir manqué à ses devoirs de diligence dans ses pratiques de gestion.

Et dans cette même lancée, alors que l’Université Laurentienne répète à qui veut l’entendre depuis le début de cette crise qu’elle privilégiera toujours la réussite et les besoins de ses étudiant.e.s, et qu’elle clame sa fierté et son désir de desservir les francophones, nous trouvons scandaleux que celle-ci annonce des mesures d’austérité draconiennes qui défavorisent en plus grande proportion les francophones, qui mettent en péril l’avenir académique de plusieurs centaines d’étudiant.e.s, et qui auront des impacts sur nos communautés pour les décennies à venir.

Alors que l’Université annonce la fermeture du tiers de ses programmes, c’est près de la moitié des programmes francophones qui sont touchés, démontrant encore une fois que les communautés francophones seront toujours proportionnellement plus affectées par des mesures d’austérité au sein d’institutions bilingues.

Plus que jamais, la page d’histoire que nous vivons nous démontre toute l’importance d’avoir des institutions universitaires francophones, par, pour, et avec nos communautés. Des institutions à l’image de nos réalités, à l’écoute de nos besoins et qui, en temps de crise, cesseront de nous désavantager systématiquement du fait de notre statut minoritaire.

Car, ne nous méprenons pas; le message que nous envoie l’Université Laurentienne aujourd’hui, c’est qu’elle préfère dissoudre 28 programmes francophones plutôt que de risquer de les donner à une Université de Sudbury francophone.

Devant ce constat, il n’en tient qu’à nous, la communauté francophone, d’envoyer un message clair et sans équivoque : celui que nous ne pouvons plus attendre, et que nous devons disposer de nos propres institutions postsecondaires en français. Et le RÉFO sera de ceux qui luttent.

Ensemble, travaillons à instaurer une université francophone dans le Nord.

Ensemble, transformons notre éducation.
 
Solidairement vôtre,
Ephraim Porou,
au nom du Regroupement étudiant franco-ontarien (RÉFO)

 

- 30 -

Le RÉFO regroupe les 30 000 étudiant.e.s de l’Ontario français qui étudient dans une des 11 institutions postsecondaires de la francophonie ontarienne et qui se mobilisent envers la réalisation d’objectifs communs. Sa mission est de défendre le droit des étudiant.e.s de l’Ontario français d’étudier en français dans le programme et la région de leur choix dans un contexte où elles et ils gèrent les leviers de leur éducation, afin qu’ils et elles puissent s’épanouir dans l’ensemble de la communauté franco-ontarienne et puissent y contribuer.


Contact média : 
François Hastir
Directeur général
Tél. : 613-857-1333
dg@refo.ca 

Twitter
Facebook
Website



© 2019 Regroupement étudiant franco-ontarien
450, rue Rideau, Ottawa, ON, K1N 5Z4
Vous êtes inscrit.e à notre liste de diffusion. 
Désabonnez-vous ou modifiez vos préférences






This email was sent to <<Courriel>>
why did I get this?    unsubscribe from this list    update subscription preferences
Regroupement étudiant franco-ontarien · 320, rue Lajoie · Ottawa, ON K1L 7H4 · Canada