Copy
Mise à jour économique du gouvernement Ford : le RÉFO et la FESFO choqués

Communiqué

Pour diffusion immédiate
Le RÉFO et la FESFO abasourdis d’apprendre la nouvelle de l’annulation de l’Université de l’Ontario français

OTTAWA, 15 novembre 2018 - La Fédération de la jeunesse franco-ontarienne (FESFO) ainsi que le Regroupement étudiant franco-ontarien (RÉFO) sont choqués de la dernière annonce du gouvernement Ford concernant l’abolition du projet de création de l’Université de l’Ontario français (UOF). L’abandon du projet est un recul important pour la communauté qui se bat sans cesse depuis plusieurs décennies pour un accès à une éducation postsecondaire et une gouvernance « Par et Pour » les francophones.

Conscients des lacunes existantes dans l’offre de services actuelle, le RÉFO et la FESFO restent convaincus que le projet de l’UOF constitue une solution viable répondant aux attentes exprimées lors des états généraux sur le postsecondaire en français, ainsi qu’aux attentes des étudiantes et étudiants consultés par nos organismes.

Sous le choc de la récente annonce, Lydia Philippe, présidente de la FESFO affirme, « La jeunesse franco-ontarienne est déçue suite à l’annonce de la coupure du projet de l’UOF. C’est malheureux qu’il y a trois mois à peine, le gouvernement Ford confirmait son appui au projet de l’Université de l’Ontario français. En tant que jeune élève francophone qui postule actuellement à l’université, j’avais, hier, l’espoir de pouvoir y transférer en 2020, mais c’est officiellement un rêve détruit.  »

« Ce projet découlait d’un besoin clair soulevé par la communauté partout en province et avait été annoncé comme étant une priorité du présent gouvernement. L’annonce faite aujourd’hui démontre l’incompréhension de notre gouvernement des besoins et attentes des électeurs francophones, et nous aimerions rappeler à ce dernier qu’il a le mandat d’assurer non seulement l’atteinte des attentes de la majorité, mais également la protection des minorités, incluant les minorités de langue officielle. », ajoutent Kelia Wane, Marie-Pierre Héroux et Radi Shahrouri, coprésidences du RÉFO.

Nous sommes également inquiets d’apprendre la nouvelle de l’abolition du Commissariat aux services en français, et le rapatriement des services que ce dernier offrait à l’ombudsman de l’Ontario. Il est important de soulever que le Commissariat, en plus d’être une entité non partisane, disposait d’un mandat spécifique d’éducation aux droits et obligations découlant de la Loi sur les services en français; et ce, auprès de la population, des organismes, et des entités gouvernementaux.

Finalement, nos organismes évalueront dans les prochains jours, avec nos partenaires communautaires et l’Assemblée de la francophonie de l’Ontario, les actions à poser afin d’assurer que les annonces faites aujourd’hui ne restent pas lettres mortes auprès de la jeunesse francophone de l’Ontario.

-30-

 

Plus d’information

François Hastir

Directeur général

Regroupement étudiant franco-ontarien (RÉFO)

Tél. : 613-857-1333

dg@refo.ca

 

Camille Sigouin

Coordonnatrice des communications et de liaison

Fédération de la jeunesse franco-ontarienne (FESFO)

Tél. : 1-877 ou 613.260.8055

communications@fesfo.ca

 







This email was sent to <<Email Address>>
why did I get this?    unsubscribe from this list    update subscription preferences
Regroupement étudiant franco-ontarien (RÉFO) · 320, rue Lajoie · Ottawa, Ontario K1L7H4 · Canada

Email Marketing Powered by Mailchimp