Copy
Corpuscule - Mai 2014
Voir ce courriel dans votre navigateur



Conseil provincial des sociétés culturelles
506.858.8000

Association du Haut St-Jean
506.735.7073

La maison de la culture
506.336.3423

Société culturelle de la Baie des Chaleurs
506.753.6494

Société culturelle Centr'Art
506.7273277

Société culturelle des Hauts-Plateaux
506.235.3176

Société culturelle Kent-Nord
506.532.6804

Société culturelle Kent-Sud
506.532.2068

Société culturelle Nigawouek
506.776.5650

Société culturelle régionale Les Chutes
506.473.4329

Société culturelle régionale Népisiguit
506.548.4338

Société culturelle Sud-Acadie
506.860.0413

Société culturelle de la Vallée de Memramcook
506.758.9808




Dans ce bulletin :

 
  • Mot de la directrice générale
  • Orthographe
  • Saviez-vous que...
  • Des locataires pour la cathédrale de Moncton
  • 16e édition du Festival de Théâtre communautaire en Acadie
  • Paysage, culture et tourisme
  • #Culture2015Goal
  • Dossiers commémoration
  • Programmation et mission de nos membres - Mai, Juin et Juillet 2014



Mot de la directrice générale
 
Chers membres et partenaires,
 
En cette journée du premier mai, où nos cousins français célèbrent la Fête des travailleurs, j’aimerais souligner le travail de toutes ces travailleuses et ces travailleurs culturels qui font de nos collectivités des lieux attachants où il fait bon vivre.
Comme cette journée correspond à chaque année au lendemain d’une date de dépôt de demandes de financement, j’ai toujours une pensée spéciale pour les agentes de développement culturel. Ces travailleuses de l’ombre − au féminin puisque ce sont la plupart du temps des femmes − sont tellement peu ou mal rétribuées. Chose certaine, si ces postes avaient été occupés par des hommes, il y a longtemps qu’ils auraient été mieux rémunérés.
 
Dans cette perspective, on pourrait imaginer que viennent à se développer des alliances stratégiques entre les différents groupes concernés.  À quand la colère des douces ?
 
En tous cas, je suis fière que notre conseil d’administration,  composé cette fois-ci de sept femmes et d’un homme, qu’il ait accepté que nous rejoignions la Coalition pour l’équité salariale au Nouveau-Brunswick. Le fait de côtoyer ces femmes d’action me convainc que l’activisme sert au moins à faire avancer la cause, même si toutes les sphères de notre fragile économie n’adhèrent pas à ces principes élémentaires de justice sociale.
 
À quelques mois du prochain scrutin provincial, à quelques lunes du Sommet des femmes dans le cadre du CMA2014, sans doute à quelques semaines du dépôt de la politique culturelle renouvelée et finalement à quelques jours de la dernière rencontre de la table sur les ressources humaines du secteur culturel au N.-B., on ne peut que souhaiter que les débats entourant la culture et le statut des travailleurs culturels, dans la foulée des travaux concernant le statut de l’artiste, occupe une place de choix dans la prochaine campagne.
 
Si près du but, il ne faudrait pas laisser passer l’occasion !
 
 
Marie-Thérèse Landry

 

Orthographe



                 
     

Le niveau en orthographe des Français est en chute libre depuis 20 ans. C’est pourquoi Atlantico a décidé de revenir sur les 15 fautes d’orthographe les plus courantes et les explications qui vont avec pour éviter de les reproduire dans le futur.

1. « a » ou « à » ?

Confondre le « a » du verbe et le « à » de la préposition est l’une des erreurs les plus courantes. Pour reconnaître lorsque vous avez affaire au verbe, passez à l’imparfait lors de la relecture. La différence entre verbe et préposition deviendra évidente.

Exemple : « Il a parlé à tort et à travers ». En utilisant l’imparfait : « il avait parlé avait tort et avait travers », on se rend bien compte où il faut placer les accents.

2. « é » ou « er » ?

Pour savoir si le verbe doit être conjugué ou écrit à l’infinitif, il faut le remplacer par un autre verbe, comme faire ou vendre.

Exemple : « j’ai jeté l’éponge » remplacé par « j’ai vendu l’éponge » (et non pas « j’ai vendre l’éponge », donc « é »).

3. « ai » ou « ais » ?

Parfois, il est difficile de distinguer le futur « ai » du conditionnel « ais ». Pour reconnaître le temps, remplacez par la première personne du pluriel (ou la troisième du singulier), la différence sera alors bien plus évidente.

Exemple : « je devrais ou je devrai (aller chez ma mère) ? A la première personne du pluriel cela donnerait : « nous devrions (aller chez ma mère) donc on écrira je devraiS (et non pas : nous devrons – futur –, je devrai).

4. Les noms à double consonne

Une petite astuce mnémotechnique existe : apercevoir (je n’aperçois qu’un « p » à apercevoir) ; chuter (on ne chute qu’une fois, un « t ») ; nourrir (on se nourrit plusieurs fois par jour, deux « r ») ; mourir (on ne meurt qu’une fois, un « r »), etc…

5. Les adverbes en « -ment » prennent un ou deux « m » ?

Fréquemment, remarquablement, abondamment… Vous ne savez jamais avec certitude dans quel cas la consonne redouble? Une règle simple existe pourtant : si la syllabe « -ment » est précédée du son « a » écrit avec un « e » ou un « a », l’adverbe prend deux « m », comme par exemple « évidemment » ou « élégamment ». Si la syllabe ‘-ment’ est précédée d’un son ‘e’, comme dans ‘notablement’, il ne faut qu’un seul ‘m’.

6. Différence entre « convainquant » et « convaincant »
 

La règle orthographique est la suivante : « convainquant » est le participe présent du verbe convaincre – dès lors il est invariable – alors que « convaincant » est un adjectif. Pour savoir dans quel on est face au participe présent et non à l’adverbe, voici l’astuce à retenir : si l’on peut mettre la phrase au féminin (en prononçant « convaincante »), il faut utiliser « convaincant » avec un « c ».

Exemple : « Cet homme est convaincant » ; « Convainquant l’Assemblée, le Premier ministre se fit ovationner ».

7. Cent ou cents ? Mille ou milles ?

En réalité, la règle à ce sujet est simple : les nombres sont invariables sauf « vingt » et « cent ». Ceux-ci prennent un « s » lorsqu’ils sont multipliés et qu’ils ne sont pas suivis d’un autre chiffre.

Exemple : 80 s’écrit donc « quatre-vingts » alors que 83 s’écrit « quatre-vingt-trois » ; 160 donne « cent soixante » et 400’ s’écrit « quatre cents ».

Exception : « million » comme « milliard » prennent des « s » car ils ne sont pas considérés comme un nombre mais comme un nom.

8. Différence entre « censé » et « sensé » / « Davantage » ou « d’avantage »

La règle à retenir est la suivante : « sensé » signifie « qui a du sens » ou « qui a du bon sens » alors que « censé » signifie « supposé ». Petite astuce pour ces homonymes : lorsqu’on peut remplacer « censé » par « supposé », il faut écrire « censé », avec un « c ». « Davantage » est synonyme de « plus » tandis que « d’avantage » signifie « gain » ou « privilège ».

Exemple : « Je suis censé rendre mon appartement » ; « Un individu sensé ne me menacerait pas de la sorte ».

9. « Dis » ou « dit »?

Ecrit-on « j’ai dit » ou « j’ai dis » ? Pour répondre à cette question, l’astuce la plus simple est de féminiser la phrase. Ainsi, cela permet de détecter la terminaison du participe passé et donc d’éviter toute erreur. Cette règle s’applique aussi pour la terminaison du participe passé issu des verbes du troisième groupe, à savoir les verbes en ‘-aître’, ‘-oître’, ‘-dre’, ‘-re’, ‘-oir’ et certaines verbes en ‘-ir’.

Exemple: « j’ai retranscrit l’allocution présidentielle ». Pour ne pas faire de fautes, tournez la phrase en « l’allocution présidentielle a été retranscrite ». La prononciation de la terminaison au féminin vous permettra de savoir qu’il faut un ‘t’ à la fin.

10. « or » ou « hors » ?

Pour cela, la règle est de savoir que « or » est une conjonction de coordination et « hors » est une préposition signifiant « à l’extérieur de ». Ainsi, quand on peut remplacer « hors » par « en-dehors de », c’est qu’on a bien écrit.

Exemple : « Il est hors du jardin », « Or, à ce moment-là, il jouait ».

11. L’accord du participe passé

 

La règle de base apprise dans tous les cours élémentaires est la suivante : le participe passé conjugué avec l’auxiliaire ‘être’ s’accorde en genre et en nombre avec le sujet du verbe, comme dans le cas de « elles sont parties à l’étranger ». Avec l’auxiliaire « avoir », le participe passé s’accorde en genre et en nombre avec le complément d’objet direct (COD), si celui-ci est placé avant. S’il est placé après, alors le participe passé reste invariable.

Par exemple on écrit « j’ai mangé des fraises » et « les fraises que j’ai mangées ». Il existe évidemment des exceptions et c’est pour cela que les Français pèchent tant sur cette règle.

12. La règle du participe passé « fait »

Dans ce cas, la règle est la suivante : lorsque le participe passé « fait » est suivi d’un infinitif, il est toujours invariable.

Exemple : « Mes joueurs, je les ai fait se reposer ».

13. La règle du participe passé suivi d’un infinitif

Lorsqu’un participe passé, employé avec avoir, est suivi d’un infinitif, il ne s’accorde pas avec le COD même s’il est placé avant.

Exemple : « La pièce que j’ai vu jouer était très bien ».

Exception : si le COD est l’auteur de l’action de l’infinitif, le participe passé s’accorde. Exemple : « Les enfants que j’ai vus s’amuser dans la rue sont ceux de mon boulanger ».

14. Autres exceptions du participe passé

Bien d’autres règles existent mais s’il faut en retenir une c’est celle-ci : le participe passé ne s’accorde pas avec le complément placé avant si celui-ci indique un prix, une valeur, une durée ou un poids.

Exemple : « Les deux heures que vous avez passé à travailler vous ont permis d’approfondir le sujet ».

15. Règle d’orthographe des adjectifs de couleur

Pourquoi écrit-on « robes bleues » mais « jupes marron » ? La règle est la suivante : en règle générale, l’adjectif de couleur s’accorde. En revanche, si un nom est utilisé pour désigner une couleur, comme marron, par exemple, il est invariable. Il existe cinq exceptions notables : rose, mauve, pourpre, écarlate et fauve. On écrit donc des « jupes marron » et des « jupes roses ou mauves ».

Exemples : « Il a mis ses jolies chaussures marron » mais « Elle a de beaux yeux émeraude ».

A noter enfin que les adjectifs de couleur composés restent aussi invariables: « des briques rouges » mais des « briques rouge vif », des « pommes vertes », mais « des tissus vert pomme », etc.

Source : http://insolitebuzz.fr/15-fautes-dorthographe/
           

Des locataires pour la cathédrale de Moncton


La cathédrale Notre-Dame-de-l'Assomption, à Moncton, deviendra, en plus d'un lieu de culte, un centre communautaire acadien. Cinq organismes acadiens d'engagent à y louer des locaux, après les rénovations.

Les organismes suivants ont signé un protocole d'entente à cet effet, le 2 avril 2014 :
  • Archidiocèse de Moncton
  • Conseil provincial des sociétés culturelles
  • Fédération des jeunes francophones du Nouveau-Brunswick
  • Société nationale de l'Acadie
  • Université de Moncton
Les responsables du projet croient que d'autres organismes pourraient s'ajouter dans les mois à venir. L'idée de regrouper des organismes acadiens sous un même toit circulait depuis plusieurs années. 

« Collectivement lorsqu'on est ensemble, j'ai le sentiment qu'on peut faire de plus grandes choses, estime René Léger, président de la Société nationale de l'Acadie. J'ai le sentiment qu'on peut s'appuyer et participer à des projets qui autrement seraient plus difficiles à réaliser ». 


Souce: Radio-Canada (bit.ly/1lyD5XM)

                               
                                Photo : Marie-Thérèse Landry signant le protocole d'entente.



                              
                             Photo : Les représentants d'organismes qui ont signé le protocole d'entente

                                                             

16e édition du Festival de Théâtre communautaire en Acadie
 
Le Conseil provincial des sociétés culturelles (CPSC) en collaboration avec la société culturelle Baie des Chaleurs de Campbellton présente la 16e édition du Festival de Théâtre communautaire en Acadie. Le FTCA se déroulera du 9 au 11 mai 2014 à l'École élémentaire L.E.Reinbourough à Dalhousie.
 
Cette année, six pièces de théâtre d’ici et d’ailleurs seront présentées par autant de troupes du Nouveau-Brunswick.
 
Parmi les troupes qui se produiront sur scène, notons les Boutons d’art de Campbellton, Production Laroc/CCNB de Shippagan, Le théâtre du Trémolo de Saint-Jean, Les Fous de la scène de Fredericton, La troupe du Monument de Memramcook et Théâtre communautaire Laval-Goupil de Caraquet.  La remise des prix aura lieu le dimanche à 13 h.
 
Encore cette année, les festivaliers attendus sont nombreux et cette édition est des plus prometteuse. Les amateurs  de théâtre pourront se procurer les billets pour cet événement au coût de 12 $ pour toute la fin de semaine, sur la billetterie Atout Culture. www.atoutculture.ca L’accès est gratuit pour les étudiants de moins de 16 ans sur présentation de la carte.
 

Programmation

 

Le vendredi 9 mai

20 h      Les boutons d’Art de Campbellton
           « Chéri le ciel t’attend » de Ferris Monk, traduction par Michel Forget

Le samedi 10 mai

10 h      Production Laroc/CCNB de Shippagan
             « Le Bégonia » de Daniel Defilipi

12 h 30    Le théâtre du Trémolo de Saint Jean
                « À la recherche d’Elvis » de Marcia Kash traduction de Josée LaBossière

15 h     Théâtre communautaire Laval-Goupil de Caraquet
            « Absente pour la journée », texte de Vikie Thériault, adaptation du roman de
             Christiane St-  Pierre

18 h     La troupe du Monument de Memramcook
            « Pour femme seulement » de Raymond Villeneuve

Le dimanche 11 mai

10 h     Les fous de la Scène de Fredericton
         « Un village de fous »de Neil Simon (Fools) traduction et adaptation française
          de Benoit Girard

Matière à réflexion
 
Note : Le texte qui suit nous invite à réfléchir sur le lien que nous entretenons avec le territoire que nous habitons. L'auteur est un ancien collègue du réseau Villes et villages d'art et de patrimoine. Il est également auteur de livres pour la jeunesse. MTL
 
Formé en architecture de paysage, Alessandro Cassa oeuvre en muséologie et en culture depuis plus de 15 ans. Dynamique, créatif et imaginatif, il a reçu plusieurs distinctions dont la médaille du Jubilée de la reine Elizabeth II et le prix relève de la Société des musées québécois. Tuteur depuis 10 ans à télé-université du Québec en Aménagement du territoire, il est également bien positionné sur la scène muséologique québécoise.
 
Paysage, culture et tourisme. L’expérience paysagère à l’échelle humaine par Alessandro Cassa
Parler du tourisme ou de culture sous-entend la volonté de faire vivre des expériences aux utilisateurs. Des expériences différentes du quotidien des utilisateurs en question. Il est alors proposé, à travers une série d’interventions, pouvant prendre différentes formes, de faire vivre des expérience différentes, authentiques et… à l’échelle humaine. Selon mon expérience professionnelle, les interventions à offrir aux utilisateurs que je privilégie passent nécessairement par le paysage.
 
Proposer à l’utilisateur de vivre une expérience n’est possible, selon moi, que si la proposition fait ressentir une émotion. En culture et en tourisme, nous parlons de la qualité de l’expérience pour qualifier cette émotion. Dans le travail et la vision d’un architecte paysagiste, cela peut s’exprimer par des interventions directes sur le paysage (aménagement, conservation, interprétation, etc.) ; par une prise de conscience des qualités paysagères afin de les révéler aux communautés; ou par l’identification de l’identité d’un espace aux communautés locales, les visiteurs, les municipalités; ou par les élites politiques. Toutes ces interventions sont au service d’une émotion qui pourra générer un nouveau regard créatif sur le paysage suivi d’une action d’aménagement ou d’une intervention. Les architectes paysagistes, par leur expertise et leur sensibilité, sont bien positionnés pour faire émaner ces émotions d’un lieu à l’échelle individuelle. Cette échelle humaine est une dimension de questionnements, de perceptions, de souvenirs, et révèle une volonté de vouloir vivre une expérience. Beau paradoxe, devant l’immensité des paysages !
 
L’architecte paysagiste est bien placé aussi pour explorer diverses pratiques dont l’objectif ultime sera de donner une valeur ajoutée à un site. Leurs réalisations sont mises à profit pour le bien-être des collectivités locales et parfois aussi pour les groupes touristiques afin de raconter une histoire, faire vivre une expérience, susciter des émotions. Et c’est le lien entre ma pratique et l’architecture de paysage.
 
L’architecte paysagiste est un créateur, un acteur privilégié pour traiter de perceptions, d’interprétation et de réalités. Trois approches permettant de faire vivre cette expérience tant recherchée. Illustrons cela en prenant pour exemple mon propre parcours et mes propres expérimentations. Un parcours qui certains considèrent atypique, puisqu’il s’est développé et exprimé en cinéma, en culture, en littérature, en muséologie et en développement touristique. Mais je me considère comme un professionnel relativement conservateur, mon travail étant lié sur les fondements de l’architecte paysagiste : sa capacité à voir et à faire voir.
 
L’expérience du paysage comme trame de fond aux circuits touristiques
 
Il est possible de faire prendre conscience à l’usager de la fonctionnalité des paysages par différentes interventions telles que des circuits piétonniers. Bien sûr, il y a les routes panoramiques qui permettent de circuler en appréciant, au loin, le paysage. Mais il y a également des exemples d’interventions qui ont composé une expérience à même la typologie d’un paysage.
 
Dans le Haut-Saint-Laurent qui, comme son nom l’indique, est partie prenante de la plaine de Saint-Laurent, les paysages expriment leur réalité : une intense utilisation agricole. Ce sont des paysages agraires. Un circuit touristique, sous forme de route agrotouristique (Le circuit du paysan) a été mis de l’avant il y a plus de 10 ans.
 
Après de nombreux efforts de mise en marché, ce circuit bénéficie aujourd’hui d’un rayonnement et d’un succès enviables. La particularité de cette réussite : la collaboration des producteurs agricoles, certes, mais également l’essence même du paysage, qui na pas été dénaturée par différentes interventions mais bien mise au premier plan pour ses qualités intrinsèques et qui permet de proposer à moins de 40 minutes de Montréal une expérience agricole et bucolique. 
Une expérience donc, dans un paysage utilitaire bien réel, où le visiteur vit au rythme des récoltes qui façonnent le paysage. Cette route agrotouristique expose les résultats du travail de l’homme sur la terre, travail qui a configuré et marqué ce paysage. Le résultat est une expérience réelle et authentique. Une forme de conservation du paysage.
 
L’Expérience du paysage comme décor aux productions cinématographiques
 
Il est également possible d’intervenir à un autre niveau sur le paysage, avec distanciation, en l’utilisant au service d’une œuvre artistique : le paysage fictif. Il s’agit là d’une seconde approche que je préconise d’une seconde approche que je préconise et que j’emploie en tant qu’architecte paysagiste. Ce paysage fictif devient un décor naturel (en opposition aux studios de tournage) pour le cinéma. L’intervention se fait habituellement par un bureau du cinéma ayan préalablement répertorié, puis catégorisé les paysages d’une région donnée, selon l’approche de caractérisation de paysages (ou utilisant les schémas d’aménagement, matrice graphique ou données des municipalités ou des MRC). La MRC d’Argenteuil a été un précurseur dans ce domaine. Différents bureaux du  cinéma québécois, dont celui de la MRC Beauharnois-Salaberry, d’en sont inspirés.
 
Il s’agit donc de parcourir les scénarios proposés par des régisseurs d’extérieurs, recherchant les éléments décrits par ces derniers. Puis de trouver dans une localité l’expression concrète recherchée par le scénariste ou le réalisateur. Les régisseurs viennent ensuite visiter les paysages proposés et font le ont avec l’équipe de production. Puis viendra le tournage, avec inévitablement la curiosité des citoyens de même que l’émerveillement.
 
Dans un cas cinématographique, «l’expérience» se situe bien au-delà du film ou de l’histoire. Car il fait faire reconnaître par la suite ces paysages par les communautés. Un réel phénomène d’appropriation s’enclenche alors, lorsqu’un citoyen «reconnaît» le boisé de sa ville natale, la ruelle de son enfance ou les friches industrielles de son quartier dans une production cinématographique. Ces éléments de paysages du quotidien parfois oubliés, ainsi sublimés car portés à l’écran, reprennent leurs lettres de noblesse parmi les communautés. Ils feront bénéficier ces communautés de proximité, d’une fierté et d’une réelle émotion. Cette fierté fait fi de la composition ou la qualité esthétique, car il y a eu appropriation du paysage à l’échelle humaine. Du paysage tel qu’il est.
 
Pour conclure
 
Parmi les vastes champs d’intervention de l’architecture de paysage, il est possible et souhaitable de mettre à contribution cette faculté de voir, de lire, de percevoir et de raconter, au profit des organisations qui gèrent les paysages (association touristiques, parcs nationaux, municipalités, etc.), de façon à ce que la mise en valeur des paysages touche une  sphère parfois négligée dans la démocratisation publique : le tourisme. Et Cela, toujours selon la déontologie de l’architecture de paysage, dans un respect de l’environnement sous toutes ses formes, pour les générations futures.
 
Comme architectes paysagistes, nous apprenons avant tout à regarder et pas uniquement à voir. Car nous savons décoder et interpréter ce qui nous entoure à un niveau tangible (en termes de configurations ou de structures physique de notre environnement) mais également, et surtout, au niveau de l’essence et de l’identité du lieu. Le tourisme n’est qu’un outil de plus pour partager ces dernières au plus grand nombre. En bout de piste, l’architecte paysagiste a cette habileté, pour un espace ou un site donné, de lire l’essence du lieu, puis d’imaginer un paysages qui permettra à l’utilisateur de vivre une émotion… pour y vivre, bien sûr, une expérience.

Source: http://aapq.org/sites/aapq.org/files/
bibliotheque/aapq_paysages2014_acassa.pdf


 
                                    
Nouvelle de dernière heure

#Culture2015Goal


Quatre réseaux culturels mondiaux (la FICDC - Fédération internationale des coalitions pour la diversité culturelle, la Commission culture de Cités et Gouvernements Locaux Unis, la FICAAC - Fédération internationale de conseils des arts et agences culturelles et Culture Action Europe) ont publié en septembre 2013, un document de sensibilisation et lobby pour que l'Agenda du Développement Post-2015 inclue un Objectif explicit sur la culture. Ils proposent que l'énoncé de cet Objectif soit "Garantir la durabilité de la culture pour le bien-être de tous". 

Déclaration : Nous croyons que la culture est un moteur et un facilitateur du développement durable. L'inclusion explicite de cibles et d'indicateurs pour la culture dans les objectifs du développement durable permettra un changement véritablement structurant.

Pour soutenir cette campagne, veuillez sans tarder : 

1. Vous rendre sur www.culture2015goal.net et signer cette Déclaration, soit comme organisation soit à titre individuel.

2. Faire suivre cette Déclaration, ou votre propre message, au représentant de votre pays auprès des Nations Unies (probablement via le ministre ou le ministères des affaires étrangères).

3. Diffuser cette Déclaration au sein de vos réseaux et passer le mot.

Vous pouvez aussi faire circuler des information sur le sujet dans vos propres réseauc et dans les organisations de société civile de votre pays, par messagerie électronique ou dans les médias sociaux ( dans Twitter vous pouvez utiliser #Culture2015Goal )

Adhérez à la campagne mondial qui promeut l'inclusion de la culture dans les objectifs de Développement Durable post - 2015 :
http://culture2015goal.net/index.php/fr/#



Dossiers commémoration
          
1 mai : journée mondiale du travail
3 mai : journée du soleil 
6 mai : journée de l'orgue
9 mai : journée de l'Europe 

18 mai : journée internationale des musées
21 mai : journée mondiale de la diversité culturelle pour le dialogue et le développement
26 mai : journée de la fête du jeu
08 juin : journée mondiale du tricot
20 juin : journée nationale des Autochtones
1 juillet : Fête du Canada
28 juillet : journée de commémoration de la Déportation des Acadiens
30 juillet : journée internationale de l'amitié
 

Programmation et mission de nos membres

 

Mai, juin et juillet 2014



                                                                     
Note : Nous préparons présentement la sixième édition de Les mots qui tournent qui se déroulera cette fois-ci avec l'auteure Nathalie Blaquière grâce au programme Promotion littéraire de la province du Nouveau-Brunswick en juin prochain.
Association culturelle du Haut-Saint-Jean inc.   
 
L'Association culturelle du Haut-Saint-Jean est un regroupement de Sociétés culturelles de la Vallée du Haut-Saint-Jean. Elle contribue au développement culturel des communautés de la région en facilitant la concertation régionale, en offrant à ses organismes membres des services d'animation, de communication et de formation en appuyant des initiatives culturelles et artistiques d'envergure régionale.

Activités : 

Vendredi le 23 mai 2014 - Au Musée La Forge Jos B. Michaud et au sous-sol de l'église de Saint-François
Il y aura une journée commémorative pour le 30ème anniversaire du décès de M. Jos B. Michaud. M. Michaud était le maréchal ferrant à la boutique (Musée La Forge Jos B. Michaud). Ce sera sous forme de 5 à 7 débutant à la boutique, la famille du défunt ainsi que plusieurs dignitaires seront présents. Entre autre M. Guy Tremblay du ministère de Patrimoine et de la culture sera  présent. Par la suite nous nous dirigerons au musée de la Salle du 150e situé au sous-sol de l'église de Saint-François. Le comité du musée de la Salle du 150e nommera à titre posthume une dame qui est décédée en janvier 2013 à l'âge de 103 ans. Beaucoup d'artéfacts, de cette dame et de son époux sont devenus la propriété du musée.
 

Jeudi le 29 mai 2014 - Bibliothèque publique Mgr Plourde de Saint-François
À 17 h, il y aura une rencontre avec les élèves du professeur de Mme Jeanne Michaud lors d’un vernissage. Le tout se déroulera dans la salle de formation et communautaire  de la bibliothèque publique Mgr Plourde de Saint-François.  L’exposition sera précisément sur le congrès mondial acadien, avec des photos qui refléteront les couleurs de l’Acadie. Les élèves de l’école Ernest Lang viendront à tour de rôle, faire une visite ayant pour thème, visite culturelle acadienne.

 
Juin - Places des Pionniers
Au début juin il y aura la semence par les élèves de l’école dans nos jardins communautaires, sur le site de Ledges… Places des Pionniers. Ce site est situé derrière la municipalité. Un tintamarre avec les élèves et la direction de l’école aura lieu.

 
Lundi le 30 juin et mardi le 1 Juillet 2014 - Pohénégamook et au parc Naturel de Saint-François  
Le 1er juillet nous fêterons la Fête du Canada. Le tout commencera la journée précédente avec la descente de la rivière dont le départ est à Pohénégamook au Québec, dans le Témiscouata. Le lendemain, soit le 1er juillet les plaisanciers reprendront le parcours qui se terminera au parc Naturel de Saint-François.  Goûter, surprise, maquillage pour enfant, musique attendront les participants ainsi que toute la population. 


La Maison de la Culture inc.    

Développer et promouvoir les artistes acadiens de la région du Nord-Est par l'entremise d'expositions, de ventes d'ouvrages ou d'oeuvres artistiques, de spectacles et/ou toutes autres activités culturelles pertinentes, ainsi qu'à l'initiation de la population en général aux différentes formes d'art et diverses activités. Collaborer avec les institutions d'éducation, telles que les écoles, l'Université, le Collège, les bibliothèques publiques, etc. à la réalisation de projet culturels.

Activités :
    

Vendredi le 23 mai 2014 - Centre Rhéal Cormier, Shippagan
L'humoriste québécois André Sauvé en spectacle à 20 h. Les billets ( 40 $ membres de La Maison de la Culture inc. et 50 $ réguliers frais inclus.) sont en vente au réseau de la billetterie  Atout Culture au magasin 2 M Distribution à Shippagan ($ comptant), www.atoutculture.ca ou par téléphone : 1-888-744-5344.

Ateliers
En mai et juin, La Maison de la Culture inc. offre différents ateliers gratuits  aux élèves des écoles de son territoire. Voici les ateliers offerts : Ateliers de dessins, peinture, sculpture sur savon, confection de bijoux avec verre de côte, bricolage sur  les thèmes « La Fête des Mères et Pères »



 
   Du 30 juin au 14 août 2014 - la P'tite Église à Shippagan
   La Maison de La Culture inc. présente une série de spectacles et d’expositions d’artistes et artisans à la P’tite Église à Shippagan.Le premier spectacle sera celui de Michel Thériault le jeudi 3 juillet 2014.

 

 
19 juillet au 27 août 2014 - Phare historique de l'île Miscou
6e année de partenariat avec la série de spectacles « Voir Miscou et Mourir ». Ce sont des rendez-vous inimes en chansons, en couleurs, en émotions et en racontars. Ces spectacles seront présentés au Phare historique de l'Île Miscou pour une sixième année consécutive après le vif succès rencontré les cinq dernières années. En plus du fameux déjeuner sur l'herbe, l'artiste Gilles Bélanger donnera des ateliers d'écriture.


 
16 au 20 juillet 2014 - Galerie Luce Audet
Le Rendez-vous des artistes :
La Maison de la Culture inc. vous invite pour la 2e année à voir les œuvres d’une dizaine d’artistes et artisans qui seront présentés durant le Festival des Pêches et Aquaculture de Shippagan du 16 au 20 juillet 2014 à la galerie Luce Audet . 
 

23 août 2014 - L'Aquarium et Centre Marin à Shippagan
La Maison de la Culture inc. présente deux représentations du spectacle d’Art Richard chante avec ses amis lors de la Journée des enfants le 23 août 2014 à 13h et 15 h. L’entrée est gratuite.



Pour plus d'information : 336-3423 ou facebook.com/lamaisondelacultureinc

 
Société culturelle Centr'Art       

 
Sa mission est de travailler au développement culturel communautaire sur son territoire. Donc spectacles, vernissages, lancements d’album et de livres, théâtre amateur, organisation d’ateliers pour enfants font partie de sa programmation. Développement culturel veut dire innovation. 
 
Société culturelle des Hauts-Plateaux  

Viser l'enrichissement et le plein épanouissement de tous  les résidents francophones du territoire desservi par la société.

Activités:
 

1er mai au 20 juin 2014 - Galerie de la SCHP (234 rue Canada, Saint-Quentin)
Exposition « Givre en bulles ». L’artiste Isabelle Levesque exposera 11 œuvres dans la galerie de la Société culturelle des Hauts-plateaux.  Isabelle est originaire de Saint-Quentin, diplômée en arts visuels de l’Université de Moncton et en Design et Multimedia du CCNB.  Après avoir reçu de nombreux prix et reconnaissances, Isabelle présente pour la première fois une exposition de ses œuvres.
 

25 juin au 8 août 2014 - Galerie de la SCHP (234 rue Canada, Saint-Quentin)
Exposition «  Enfants du monde ». Les artistes, Gérald Lafrance et Sylvia LeBlanc, exposeront leurs œuvres dans la galerie de la Société culturelle des Hauts-plateaux. 
Le mercredi 25 juin 2014 aura lieu le vernissage de 5 h à 7 h.
 
Mercredi le 21 mai 2014 - Hangar de la maison patrimoine Roy, Saint-Quentin
Le lancement du livre de Guy Savoie à 19 h. 
 
Samedi le  24 mai à 20 h - Théâtre Fatima de Kedgwick
Spectacle d'humour avec André Sauvé
45$ adulte 25$ étudiant en vente sur www.Atoutculture.ca.

Lundi 16 juin 2014 - Bureau de la SCHP (234 rue Canada, Saint-Quentin)
Assemblée générale annuelle de la Société culturelle des Hauts-plateaux à 19 h. 


Lotoculturelle : 

La loterie moitié/moitié mise sur pied par la Société culturelle pour aider au financement de la venue du premier Festival international de théâtre communautaire en Acadie qui se tiendra dans notre région du 2 au 7 août prochain se poursuit.

Pour participer à notre loterie nous contacter au 235-3176 ou rendez-vous à l'un des endroits où se trouvent nos boites LotoCulturelle soit : Bonichoix ou Fatima de Kedgwick, Coop ou bureau de la SCHP à St-Q. Tous les détails sont sur les boites de participation. Possibilité de prépaiement. Nos tirages ont lieu tous les mercredis à 13 h. Merci de votre encouragement !
 
Société culturelle Les Chutes 

 
1. Établir un réseau de communication et d'échange d'informations dans le domaine culturel afin de promouvoir l'entente, la solidarité et le partage entre les communautés de la région des Chutes.
2. Favoriser le développement et l'épanouissement des artistes et artisans acadiens et francophones de la région des Chutes en mettant à leur disposition l'information sur les mécanismes de promotion et de diffusion de leur art.
3. Aider la personne dans sa démarche de perfectionnement culturel.
4. Appuyer et promouvoir les projets culturels, artistique et artisanaux, et y participer.
5. Maintenir des liens et favoriser des échanges.

Activités: 


Dates à déterminer   
Camp d'été en théâtre et ateliers d'improvisation  

Samedi 4 août 2014 - Grand-Sault
Pièce de théâtre "Les Galoches" à 12 h 30   

Mercredi  le 13 août 2014 - Auditorium Richelieu

Pièce de théâtre "Les Galoches" à 19 h 30

Vendredi le 16 août 2014 - Auditorium Richelieu
Pièce de théâtre "Les Galoches" à 19 h 30

Samedi le 23 août 2014 - St-André
Pièce de théâtre "Les Galoches" à 19 h 30

Vendredi le 22 août 2014 - Auditorium Richelieu
Pièce de théâtre "Et l'Acadie majesté ?" à 19 h 30

Samedi le 23 août 2014 - Auditorium Richelieu
Pièce de théâtre "Et l'Acadie majesté ?" à19 h 30
 
 
Société culturelle Sud-Acadie         

 
Notre mission est de contribuer au développement de la vie culturelle acadienne et francophone. Nos objectifs sont de soutenir le développement et la création artistique tout en assurant la diffusion artistiques et culturelle sur le territoire, d'éveiller et renforcer le sentiment de fierté française et d'appartenance à la communauté acadienne et de développer des partenariats avec les organismes de la région également intéressés au développement culturel.

Activités:       

Mai  2014

Coup d’envoi pour inviter la communauté de participer au projet D'une Porte à l'autre, un projet d’art public communautaire qui se déroulera en 2014-2015. 


Juin 2014 - Quai de Bas Cap-Pelé 

La Société culturelle Sud Acadie lance sa programmation estivale "Célébrons  nos quais"  2014.

 
Coup  d’envoi planifié pour annoncer  les activités de la programmation Célébrons nos quais et dévoiler le panneau d’interprétation historique du quai de Bas Cap-Pelé  auprès des citoyens et médias.  

Coup d’envoi pour lancer la programmation éMOTions et les activités de l’Église historique de Barachois.

15 Juillet au 31 août 2014 - Quais du Sud-Acadie 

La musique et le théâtre prend sa place sur les quais du Sud Acadie les mercredis, jeudis et dimanche à partir du 15 juillet jusqu’au 31 août. Cet été nous aurons le plaisir de recevoir Michel Thériault, Caroline Savoie, Ginette Landry, La Sagouine, Laurie LeBlanc, Paul Dubé et plusieurs autres aux quais de Bas Cap Pelé, Robichaud  à la Marina de Shédiac.

Société culturelle de la Baie des Chaleurs    

 
Faire rayonner la culture francophone et acadienne au Restigouche, telle est la mission de la SCBC. Elle se donne pour objectifs d'encourager la créativité artistique dans différentes disciplines culturelles et de permettre la diffusion et le rayonnement des oeuvres artistiques acadiennes. Pour ses membres, la culture c'est ce que l'on est, ce que l'on vit, ce que l'on montre, ce que l'on exprime. Pour eux, la culture c'est tout.

Activités:       

Mercredi le 21 mai 2014 - Théâtre Restigouche, Campbellton
L'humoriste québécois André Sauvé en spectacle à 20 h. Les bilets sont en vente sur Atout Culture au coût de 40 $ et de 35 $ pour les membres de la SCBC.
      
Société culturelle Kent-Sud     

 
La société culturelle de Kent-Sud a pour mission le développement culturel communautaire de la région de Bouctouche à Grande-Digue, en passant par Notre-Dame, Saint-Antoine et Sainte-Marie. Elle est toujours bien vivante dans sa communauté en offrant de nombreuses activités et ateliers en lien avec les arts et la culture. Elle a d'ailleurs créé le Festival de la Folie des Arts, une vente d'oeuvres d'art en plein air dans une atmosphère festive qui promeut les artistes acadiens.

Activités :

Jeudi le 22 mai 2014 - Centre culturelle de la SCKS

L'assemblée générale annuelle 2014 à 19 h. L'AGA est l'occasion idéale pour échanger avec d'autres membres de la SCKS et découvrir l'avancement des travaux de rénovations de votre centre culturel ! N'oubliez pas d'apporter votre 5 $ afin de renouveler votre adhésion à la SCKN.
 
Société culturelle Kent-Nord      

Nous sommes un organisme à but non-lucratif et notre mandat est surtout axé sur la conscientisation, la sensibilisation et la diffusion de la culture acadienne communautaire régionale en créant une influence dans toutes les disciplines artistiques suivantes : le théâtre, la musique, les arts visuels, la danse, l’artisanat et la littérature.

Activités :

Mai 2014 - Quai de Baie Ste-Anne
La SCKN participera à un activité où les élèves seront présents pour voir les pêcheurs partir le matin de la première journée de pêche. Puisque ce métier fait partie intégrante de leur culture, la SCKN sera présente. Il y aura également une table avec de l'information sur la SCKN pour que la région soit plus au courant de qui ils sont et de ce qu'ils peuvent offrir.


Juin 2014 - L'école Marée Montante de St-Louis de Kent
Lancement des livres "Les accros du livre" qui on été écrits par les élèves de l'école Marée Montante de St-Louis de Kent avec une vente de livres.



Juin 2014 - Lieu à déterminer
L'AGA de la SCKN.

Juillet 2014 - Lieu à déterminer
Encore cette année la SCKN fera partie de spectacle "Les étoiles Montantes/The Rising Stars" pendant le festival de pétoncles. Ce spectacle met en vedette des jeunes des trois cultures de la région soit français, anglais et Micmac. Ils présentent un beau spectacle avec des chants et des instruments de musique dans leur langues. La SCKN y participe pour une troisième année consécutive et le spectacle ne fait que grandir d'année en année.  
Société culturelle régionale Népisiguit     

 
La Société culturelle régionale Népisiguit voit à la circulation et à la diffusion de la création artistique acadienne et francophone. Grâce à cet organisme, desservant les villages de Saint-Sauveur et d'Allardville, les villes de Bathurst et Beresford ainsi que les régions de Roberville, Petit-Rocher jusqu'au village de Pointe-Verte, l'Espace culturel «la Bibitte» situé au CCNB - Campus de Bathurst a pu renaître, assurant ainsi une vitalité artistique et culturelle à cette région.   

Activités:

Mercredi le 11 juin 2014 - lieu à déterminer

Assemblée générale annuelle de la SCRN

Samedi le 28 juin 2014 - 725 rue du Collège à Bathurst Porte # 7
Spectacle d'Yves Duteil. L'Espace culturel «La Bibitte» à 20 h. 
Coût du billet : 35 $ tout inclus. (En vente bientôt)
 
Cinépisiguit

L’information détaillée sur les présentations du Cinépisiguit se trouvera sur le blogue à l’adresse suivante : http://cineclubnepisiguit.blogspot.ca/ L’information générale se trouvera sur le site Web de la SCRN au www.scrn.ca.

 

Société culturelle de la Vallée de Memramcook      

1. Offrire une programmation culturelle complète telle la musique, le théâtre, la danse, la littérature, l'art visuel.
2. Organiser ou de parrainer des activités culturelles.
3. Développer et de promouvoir les talents artistiques des gens de la région.
4. Offrir de la formation dans le domaine culturel.
5. Encourager les gens à poursuivre leurs aspirations culturelles et artistiques.
6. Établir des partenariats et des alliances stratégiques.

                
Activités:     

28 avril au 16 juin 2014 - École Abbe-Landry
Cours de danse de 14 h 15 à 14 h 45, la Société organise un atelier de danse contemporaine pour les jeunes enfants de 3 à 5 ans. Le cours débutent le 28 avril pour une durée de 7 semaines. 

Mercredi le 4 juin 2014 - Amphithéâtre de l'École Abby-Landry
À 19 h aura lieu l'Assemblée générale annuelle de la Société culturelle de la Vallée de Memramcook. L'invité spécial, M. Fernant Arsenault, ancien doyen de la Faculté des Art de l'Université de Moncton et ancien du collège Saint-Joseph, va nous parler de l'importance qu'ont eu les arts et la culture pour le Collège Saint-Joseph dans le cadre de son 150e anniversaire. 

Dimanche le 8 juin 2014 - Église de Saint-Thomas de Memramcook
Le Prix Éloi, qui est organisé par la Société culturelle de la Vallée de Memramcook en partenariat avec la Société Historique de la Vallée de Memramcook sera décerné aux trois lauréats qui ont laissé leurs marques dans le développement des arts et de la culture dans notre communauté. Les trois lauréats sont : Le Père Léandre Brault, c.s.c - fondateur et directeur des grandes chorales du collège Saint-Joseph ; Le Père Emery Brien, c.s.c - à l'origine du renouveau du chant liturgique avec le Groupe Rythmé et la soeur Cécile LeBlanc - par son travail  d'animation et d'éducation dans les domaines du chant choral, de la danse et du théâtre.
Société culturelle Nigawouek      

Notre mission est de contribuer au développement de la fierté acadienne et française en faisant la promotion des artistes acadiens et des talents d'ici et d'ailleurs.

Activités:

Samedi le 3 mai 2014  
Un atelier de formation sur l’estime de soi est offert aux adultes par la travailleuse sociale Monique Savoie qui œuvre dans le domaine de la santé aux services de traitement des dépendances. Ayant déjà présenté cet atelier par le passé, il est offert suite à la demande populaire L’atelier sera de 9 h à 12 h 30. Les intéressées doivent communiquer avec Micheline Savoie au 399-0663.       

Mercredi et jeudi le 7 et 8 mai 2014 - L'École Villa des Amis de Tracadie Beach
La Société culturelle est partenaire avec les étudiants de 2e de l’école Renée Chouinard dans la création et l’écriture d’un livre de contes de Pâques du projet Génie Arts avec l’auteur et éditeur Jacques Ouellet, de la maison d’édition La Grande Marée, qui sera présenté lors du Buzz Arts les 7  & 8 mai prochain à l’École Villa des Amis de Tracadie Beach.


Vendredi le 13 juin 2014 - L'École René Chouinard 
À l'École  René Chouinard, le 13 juin prochain à compter de 19 h venez découvrir les  différentes cultures d'artistes en émergence de 5 ans et plus. présenté par la Société culturelle en partenariat avec les enseignants de l'école René Chouinard, cette soirée permettra de découvrir des talents de plusieurs disciplines, soit : danse, violon, bâton, chant, percussion et autres parfums de la culture autochtone de la Première nation d'Esgenoopetitj.

Jeudi le 14 août 2014 - Théâtre Richard Denys
Dès 20 h, une trentaine de membres du Chœur de la Colline de Québec, donnera un concert au Théâtre Richard Denys, sous le thème «Hommage du Québec à l’Acadie». Pour l’occasion, le chœur choisira des pièces de son répertoire populaire, dont des chansons d’auteurs-compositeurs québécois ainsi que quelques pièces classiques. Il comprendra aussi quelques chansons de l’écrivain, auteur-compositeur et interprète acadien, Raymond Breau, membre de la formation depuis sa création, et qui animera l’événement. Le pianiste bien connu en Acadie, David Boutin accompagnera le chœur au piano. Les billets seront en vente à compter du 15 juin au coût de 10$ au : Dépanneur Proprio Shell & Irving Cercle K de Neguac ainsi qu’au  Dépanneur C.M  de Tracadie-Sheila.

 
                     
 
Autres informations : 

 Les étudiants de 2e, 7e et 8e année de l’école René Chouinard de Lagacéville continuent à recevoir des ateliers sur l’intimidation avec le conteur Dominique Breau.  Parmi les étudiants qui suivent les ateliers, une vingtaine d’étudiants sont de la Première nation d’Esgenoopetitj.

Au début mai, cinq membres de la Société assisteront à la 16e édition du Festival du Théâtre communautaire en Acadie qui aura lieu cette année à Dalhousie.
 
Les 6, 7 et 8 juin prochain, la Société culturelle Nigawouek sera l’hôte de l’assemblée générale annuelle de Radarts. Nous sommes très heureux d’accueillir des membres des quatre provinces de l’Atlantique.
                                                                        
Cliquez-ici pour acheter vos billets avec Atout Culture !
                                
                      
Share
Tweet
Forward to Friend
Connectez-vous au reste du monde et recevez les dernières informations. Nous mettons à jour quotidiennement nos sites de réseaux sociaux.

En devenant un de nos fans sur Facebook, vous êtes garanti d'être parmi les premiers à recevoir les dernières informations du Conseil provincial des sociétés culturelles et de ses membres.
Facebook
Facebook
Twitter
Twitter
Website
Website
LinkedIn
LinkedIn
Pinterest
Pinterest
YouTube
YouTube
Email
Email
Mélanie Haché
Agente de relations publiques
Téléphone : (506) 858-8000
cpsc.information@nb.aibn.com
Tous droits réservés © 2014 Conseil provincial des sociétés culturelles

Notre adresse :
27, rue John,
Moncton, NB E1C 2G7