Copy
Corpuscule - Décembre 2014
Voir ce courriel dans votre navigateur



Conseil provincial des sociétés culturelles
506.858.8000

Société culturelle de Saint-François
506.992.6055

Cercle culturel et historique Hilarion-Cyr de Saint-Léonard
506.423.7042

La maison de la culture
506.336.3423

Société culturelle de la Baie des Chaleurs
506.753.6494

Société culturelle Centr'Art
506.727.3277

Société culturelle des Hauts-Plateaux
506.235.3176

Société culturelle Kent-Nord
506.532.6804

Société culturelle Kent-Sud
506.532.2068

Société culturelle Nigawouek
506.776.5650

Société culturelle régionale Les Chutes
506.473.4329

Société culturelle régionale Népisiguit
506.548.4338

Société culturelle Sud-Acadie
506.860.0413

Société culturelle de la Vallée de Memramcook
506.758.9808


Dans ce bulletin : 
 
  • Mon mot à dire !
  • Statuts et règlements
  • Le Guide Mise en oeuvre de projets de médiation culturelle
  • Aperçu du Séminaire sur le financement et l'économie de la Culture du 17 au 28 novembre 2014, Paris, France.
  • L'Acadie de plus en plus présente, sous d'autres formes à Miquelon
  • La culture, une priorité du monde municipal
  • La nouvelle orthographe, parlons-en 
  • Programmation et mission de nos membres

Mon mot à dire ! 
Chers membres et partenaires,
 
L’année 2014 a été pour nous une année de bouleversements et de retenue.  Ce fut aussi une période de révision de notre plan stratégique et l’ouverture de notre membership à de nouveaux et nouvelles venues, au bénéfice des régions et de la société acadienne. Nous avons rencontré beaucoup de défis mais avons su garder la tête froide et trouver les éléments positifs pour améliorer le cours des choses.  
Certains de nos membres ont été très actifs durant le congrès mondial acadien. D’autres se sont démarqués par l’entremise de projets de valorisation de la mémoire.  Notre approche créative face aux problématiques envisagées a fait en sorte que nous aborderons l’année 2015 avec beaucoup de célérité. Pendant que la « Culture » perd du terrain chez nos voisins québécois, (30% depuis les 10 dernières années), plusieurs programmes ont été relancés chez-nous au Nouveau-Brunswick afin de soutenir davantage le secteur.

Au Conseil provincial des sociétés culturelles, plusieurs projets sont en voie de réalisation dont  Le Voyage identitaire, Opéra en herbe et Allégories, bonheur et créativité. Ces deux derniers projets sont financés à même le Fonds d’action culturelle communautaire de Patrimoine canadien alors que le premier est financé dans le Programme d’appui aux Langues officielles, Volet Dualité linguistique, sous-volet Appréciation et rapprochement. La province du NB prévoit y injecter quelques pécunes.

Autrement, la Tournée littéraire Les Mots qui tournent, financée par la province au sein du programme Promotion littéraire  et Programme de soutien aux langues officielles devrait repartir de plus belle dès le mois de mars.

Il ne fait plus de doutes que nous nous rapprochions de notre vision dans le déménagement de nos bureaux en 2016, à Place de la résilience, dans le sous-sol de la cathédrale de Moncton. Déjà, les plans préliminaires ont été proposés aux organismes qui meubleront cet espace, dont l’archidiocèse de Moncton, la Société nationale de l’Acadie et la Fédération des jeunes francophones du Nouveau-Brunswick, en plus du CPSC. L’Université de Moncton siège également sur le conseil d’administration de l’organisme auquel nous appartenons  désormais et qui se nomme Station Acadie.  La billetterie Atout Culture pourrait devenir un atout réel dans la promotion des multiples évènements qui prendront place dans cet espace amélioré.


Marie-Thérèse Landry

 

Statuts et règlements
Modifié et adopté le 23 juin 2013
                
Partie A - Dispositions générales

1. Nom 
Les Acadiennes, Acadiens et Francophones du Nouveau-Brunswick engagés dans l'action culturelle ont décidé de s'unir en une association sans but lucratif qui prend le nom de "Conseil provincial des sociétés culturelles", si-après appelée l'association.

2. Vision  
Le Conseil provincial des sociétés culturelles est reconnu pour son leadership dans le développement des arts, de la culture et du patrimoine dans toutes les régions acadiennes et francophones du Nouveau-Brunswick.

3. Mission
Le Conseil provincial des sociétés culturelles soutient les organismes régionaux voués à l’action culturelle. Par son appui financier et autres appuis à ses membres accrédités dont la liste figure en annexe, il leur permet d’offrir une programmation variée répondant aux besoins de la communauté acadienne et francophone, partout en province.

4. Objectifs
a) assurer la communication et l’échange d’information afin de promouvoir la concertation, la solidarité et le partenariat avec et entre ses membres;
b) assurer le développement continu des membres par le biais de services d’information, de formation, de consultation, de recherche, de coordination et de lobbying;
c) assurer la visibilité du CPSC et de ses membres;
d) agir à titre de porte-parole des membres;
e) favoriser la concertation et la création de partenariats avec les intervenantes et intervenants culturels provinciaux  et ceux des autres secteurs;
f) revendiquer auprès des instances gouvernementales les outils nécessaires au développement culturel;
g) voir à la diversification du financement du CPSC et de ses membres par l’entremise de partenariats avec les secteurs  public et privé;
h) faciliter la diffusion du produit artistique acadien communautaire et professionnel;
i) appuyer le développement et l’épanouissement des artistes, artisanes et artisans acadiens, acadiennes et francophones du Nouveau-Brunswick.
j) veiller à la conservation, à la mise en valeur et à la diffusion du patrimoine culturel des Acadiens et Acadiennes du Nouveau-Brunswick.

5. Siège social

a) Lieu
L’association a son siège social à Moncton (N.-B.)       
b) Déménagement
Le siège social de l’association peut être déménagé par un vote positif des deux tiers des déléguées et délégués et membres votants présents à l’assemblée générale de l’association.
 
6. Langue
La langue d’usage de l’association est le français.

7. Organismes membres 
a) 1- Membre accrédité - Toute société culturelle régionale qui adhère aux objectifs du CPSC et qui paie la cotisation annuelle fixée par le Conseil d’administration peut devenir un organisme membre accrédité du CPSC en autant que le Conseil d’administration le recommande par un vote à majorité simple et devra être ratifié à l’AGA.
Tout membre accrédité à droit de vote aux assemblées générales annuelles et extraordinaire et peut être élu aux poste du Conseil d’Administration.
Le membre accrédité sera, en tout temps, priorisé pour les projets du CPSC.
2- Membre associé - Tout organisme de développement culturel à vocation régional ou provincial et qui paie sa cotisation annuelle fixée par le Conseil d’administration peut devenir un organisme membre associé du CPSC en autant que le Conseil d’administration le recommande par un vote à majorité simple et devra être ratifié à l’AGA.
Ces membres ont droits de participation aux assemblées générales annuelles avec droit de parole, mais sans droit de vote. Ces membres ne peuvent être élus aux  Conseil d’administration.
Les membres associés seront privilégiés dans la réalisation de tout projet nécessitant un partenariat avec le CPSC.
b) Tout organisme membre a voix délibérante à l’assemblée générale annuelle ou assemblée générale extraordinaire du CPSC, s’il était membre du CPSC au moins 30 jours avant ladite assemblée selon les statuts et règlements.
c) Tout organisme membre peut prendre la parole à toute réunion du CPSC.
d) Toute personne membre d’un organisme membre du CPSC est admissible aux divers postes du conseil de direction du CPSC.
e) Tout organisme membre peut consulter les rapports financiers du CPSC sur un préavis d’au moins 30 jours.
f) Tout organisme membre accrédité a droit à tous les services offerts par le CPSC.
g) Tout organisme membre qui ne paie pas sa cotisation annuelle pourra être exclu du CPSC en autant que le Conseil d’administration décide d’exclure ledit organisme par un vote à majorité absolue des déléguées et délégués et membres votants.
h) Avant d’appliquer la clause g, le CPSC devra s’assurer que toute l’aide nécessaire a été offerte à l’organisme membre.

Pour continuer la lecture des statuts et des réglements cliquez ici : 

http://www.cpscnb.com/node/34

 

 


Le Guide Mise en oeuvre de projets de médiation culturelle 

             
par : Culture pour tous
 
Connaissez-vous le Guide des mise en oeuvre de projets de médiation culturelle de Culture pour tous ? Cet outil, clair et concis, fournit une trame méthodologique pour faire de votre idée une réalisation concrète. 

Ce guide de mise en oeuvre de projets de médiation culturelle est à utiliser comme une trame méthodologique qui vous suggère une manière de faire, des orientations, ainsi que des étapes à franchir afin de transformer votre idée en une réalisation concrète. Il s'agit d'un outil modulable en fonction des contextes, des acteurs et des ressources. Que votre projet de médiation culturelle soit porté par un organisme, que vous agissiez à titre de médiateur dans une institution ou à votre propre compte comme artiste, vous pourrez suivre une démarche qui s'articule en quatre phases clés : le diagnostic, la mobilisation, le plan d'action et l'évaluation.

Résumé des étapes de travail

1. Diagnostic
- Énonciation des objectifs et des intentions
- Cartographie des ressources et des enjeux du territoire ou du secteur
- Identification des partenariats et du leadership
- Evaluation et analyse de l'information

2. Mobilisation
- Outils d'information, logistique et animation
- Activités de consultation
- Activités de concertation

3. Plan d'action
- Ébauche de travail
- Comité directeur ou consultatif
- Consultation
- Rédaction et adoption
- Lancement

4. Évaluation
- Choix des indicateurs
- Identification des publics cibles
- Collecte des données
- Organisation de l'information
- Interprétation et analyse

Le guide est disponible ici : http://mediationculturelle.culturepourtous.ca/materiel/meo_projetsMC.pdf
 
Aperçu du Seminaire sur le financement et l'économie de la Culture du 17 au 28 novembre 2014, Paris, France.

Par : Marie-France Raiche

 
Le programme Courants du Monde est un programme d’accueil, de rencontres et de formation de professionnels culturels étrangers, initié par la Sous-direction des Affaires européennes et internationales du Ministère de la culture et de la communication, confié à la Maison des Cultures du Monde, qui en assure la conception, la réalisation et la coordination.
 
4 types de séminaires sont offerts :
  • Les politiques de la culture et leur administration
  • Financement et économie de la culture
  • Ressources audiovisuelles et bibliothèques : valorisation, médiation
  • Arts numériques et nouveaux modes de diffusion de la création artistique
Des séjours Culture sont également offerts :
Ces séjours permettent aux participants de confronter leurs expériences et leur savoir faire, d’élargir leurs champs de compétences, de créer des possibilités d’échanges avec les partenaires culturels français ainsi que de dynamiser un réseau actif de professionnels internationaux.
 
J'ai eu la chance de participer en novembre dernier au séminaire Financement et économie de la culture, sujet très pertinent dans notre économie actuelle. Ce stage a été financé par le gouvernement français, et celui de la province du Nouveau-Brunswick.
 
Le tout a débuté le 17 novembre 2014 avec la cérémonie d’ouverture dans les locaux de la Maison des Cultures du Monde, boulevard Raspail à Paris. Un total de 85 participants provenant de 39 pays ont répondu à l'appel. Pour le séminaire auquel je participais, nous étions 21 participants provenant de 16 pays.
 
Tout au long du séminaire, plusieurs sujets ont été abordés. Bien entendu, le tout était ciblé sur l’économie de la France mais l’échange entre les participants était intéressant. Les discussions des divers moyens par rapport à différents pays pour parvenir à recevoir du financement était très enrichissant. Par exemple, un des participants provenant du Burkina Faso, Sitele Romaric Sanou, expliquait une stratégie de financement que nous connaissons ici pour assumer une partie des couts de la construction d’un nouveau bâtiment culturel. Ils ont organisé un spectacle gratuit qu’ils ont présenté dans un de leurs anciens bâtiments. Par la suite, les spectateurs qui avaient apprécié le spectacle étaient invités à venir acheter une ou plusieurs briques qui serviraient à la construction du nouveau bâtiment. En procédant de cette façon, les gens avaient le sentiment de participer directement au projet et étaient assez généreux.
 
Voici une liste des sujets abordés lors du séminaire :
  • Le paysage culturel français. Notions générales sur l’organisation administrative française : Etat, collectivités territoriales, établissements publics. Les administrations culturelles et les « entreprises » culturelles.
  • Quand l’économie s’empare de la culture : perspective internationale. Historique des rapports entre sciences économiques et culture. Le contexte, les raisons de l’intervention des économistes. L’analyse économique est-elle mesurable? Ses limites. Acquis et lacunes des connaissances.
  • Quelle légitimité pour l’intervention publique? Le débat de l’improductivité supposée. Les modèles de financement des modes de production.
  • Culture et développement territorial. Problèmes méthodologiques : comment chiffrer les activités culturelles ? Les études d’impact. Culture et industries créatives.
  • Gestion de production. Spécificités des entreprises culturelles. Détermination des coûts et suivi budgétaire.
  • L’Opéra national de Paris. Le marketing à l’Opéra de Paris. Le développement du mécénat : l’Association pour le rayonnement de l’Opéra de Paris.
  • Problématique de la recherche de fonds à l’épreuve des musées et du spectacle vivant. La recherche de mécénat au Louvre et à la Philharmonie. Développement à l’international et fonds de dotation. Construire une politique de marketing et de recherche de fonds.
(…) Outre que les formations reçues lors du séminaire, les échanges entre les participants furent une expérience des plus valorisantes qu’on m’a permis de vivre. Depuis notre retour dans nos pays respectifs, nous les participants avons gardé contact grâce aux médias sociaux. J’ai eu la chance de partager mes expériences et mes connaissances avec plusieurs personnes provenant d’un peu partout dans le monde. Notre système de billetterie a suscité de l’intérêt pour plusieurs participants du séminaire. Certains d’entre eux pensent peut-être en adapter une version pour leur pays. Notre nouveau calendrier culturel a aussi intéressé quelques participants qui avaient dans l’idée quelque chose du même genre mais qui ne savaient pas encore dans quelle direction se concentrer.
 
(…)
 Je recommande à tout ceux intéressés et engagés dans la culture un des séminaires organisés par le programme Courants du Monde. Ce fut une expérience et des rencontres inoubliables. Nous avons maintenant la chance d’avoir des contacts dans plusieurs pays avec lesquels il sera toujours possible d'échanger en matière d'action culturelle.
 
 Pour terminer, j’aimerais citer un de mes collègues du séminaire;
  • « Sans arts, il n’y a pas de culture. Sans culture, il n’y a pas d’identités. Sans identités, c’est le néant. », Adamou Banoufe, Gabon.
                                                                     

                             

 

L'Acadie de plus en plus présente, sous d'autres formes à Miquelon

 

Une délégation acadienne du Nouveau-Brunswick rencontrait les gens de Miquelon, la fin de semaine dernière, grâce à une collaboration soutenue entre le Conseil provincial des sociétés culturelles (CPSC) et l’organisme Miquelon Culture Patrimoine.

Le samedi 6 décembre, le conteur Kevin Arseneau, originaire de Robertville et maintenant  de Rogersville,  le violoneux et pianiste, l’enseignant et pédagogue,  Robin LeBlanc de Bathurst ainsi que Marie-Thérèse Landry, directrice générale du CPSC et également conteuse pour l’occasion, ont foulé les planches du préau de l’école élémentaire Les Quatre-Temps à Miquelon où une vingtaine de jeunes accompagnés d’une dizaine d’adultes ont pu apprécier l’atelier d’une durée totale d’une heure trente sur le conte et celui sur la danse traditionnelle accompagnée du violon. Au cours de la soirée, où les Miquelonnais ont partagé leurs pièces de musique avec les Acadiens d’ici, un répertoire différent a été proposé à un auditoire d’une soixantaine de Miquelonnais rassemblés cette fois-ci à la salle Entre Nous.   Cette veillée traditionnelle s’est continuée plus tard que ce qui avait été initialement prévu.  La découverte des convergences culturelles a laissé place aux particularités locales et cet échange initié depuis plus de cinq ans maintenant, par l’entremise de la Société nationale de l’Acadie et financé en partie par l’APECA, continue de progresser.  Manolita De Lizaraga, vice-présidente de Miquelon Culture Patrimoine précise :

« Finalement ce projet de contes a été très bien reçu dans notre collectivité de 652 personnes, ce qui en développement culturel constitue en soi une petite victoire et un autre défi de relevé !  J'espère que nous aurons d'autres projets innovants  à partager.»

De plus, un autre type d’échange prenait place, cette fois en arts visuels,  à la suite du dernier Congrès mondial acadien où une partie de l’œuvre publique d’Eveline Gallant-Fournier s’est retrouvée à Miquelon. L’œuvre intitulée Cocon, qui fait partie d’un ensemble acquis par  la Ville d’Edmundston et intégré à la collection permanente de la Petite Église d’Edmundston,  a été remise à l’organisme Miquelon Culture Patrimoine lors de cette fin-de-semaine très stimulante du point-de-vue culturel.

Miquelon Culture Patrimoine, tout comme le Conseil provincial des sociétés culturelles, espère qu’un tel projet puisse à nouveau se réaliser.

                            
                       
                     Kevin Arseneau avec le groupe d'enfants accompagnés des parents

 
 Un Cocon oeuvre de Éveline Gallant-Fournier               Robin LeBlanc initiant une apprentie violoneuse   Remis à l'organisme Miquelon Culture Patrimoine         
 

La culture, une priorité du monde municipal

Écrit par le Conseil de la culture, 1 décembre 2014

Billet proposé par Paul Lemay, formateur et conférencier, en complément de la formation Comment convaincre les élus municipaux.
 

Il y a 3 clés du succès pour obtenir l’implication de votre municipalité dans vos projets artistiques et culturels :
 
1ère clé : La qualité et l’originalité de votre projet :
 
Comme pour toute démarche de soutien (public ou privé) les projets de bonne qualité et qui se démarquent sur le plan de la démarche et de l’originalité artistique et culturelle auront plus de chances d’être retenus. Vous le savez depuis longtemps !
 
Il vous faut être les meilleurs et prouver que votre approche et votre produit sont uniques en leur genre !
 
2e clé : Une bonne compréhension des motivations municipales en matière de culture :
 
Votre projet doit s’adresser aux motivations propres de la municipalité. Il vous faut bien comprendre son champ d’intervention et utiliser les bons arguments pour convaincre.
 
Le milieu culturel déploie souvent beaucoup d’efforts à démontrer l’impact de la culture sur l’économie locale (création d’emplois, dépenses directes et indirectes). Ces arguments sont importants bien sûr mais ils ne sont pas les seuls.
 
La culture est avant tout une source d’identité. De plus en plus les villes recherchent des moyens de se démarquer comme milieu de vie et de développer une image propre dans le grand village global de la mondialisation.  La culture est l’outil par excellence pour le faire. Les municipalités sont de plus en plus nombreuses à se démarquer par la mise en valeur de leur patrimoine ou par l’expression artistique ou culturelle. On n’a qu’à penser à Montréal (festival de jazz), Drummondville (danse folklorique), Saguenay (histoire) et Rouyn-Noranda (film et musique actuelle) pour voir que le vecteur culturel est un puissant moyen de transport de l’identité locale.
 
La culture est aussi une source de fierté pour la population locale.
 
L’artiste agit souvent comme un ambassadeur de sa ville ou de sa région et les villes utilisent de plus en plus cette présence artistique pour développer un sentiment de fierté et faire le marketing de leur région. St-Élie de Caxton, St-Jean-Port-Joli ou Natashquan sont autant d’exemples vivants de cette réalité.
 
La culture c’est aussi un puissant vecteur de développement social et communautaire. Les villes sont de plus en plus conscientes de l’importance du milieu de vie dans le choix des citoyens de s’installer dans une ville plutôt qu’une autre.  Une offre culturelle adéquate (bibliothèque et activités artistiques) est une source d’attrait, pour les jeunes familles, qui ne peut être négligée. Aussi la culture est-elle souvent utilisée dans la stratégie de revitalisation urbaine ou villageoise (ex. Quartier St-Roch de Québec).
 
Elle est aussi une source de développement d’une cohésion sociale et communautaire. Les villes sont de plus en plus sensibles aux activités de médiation culturelle comme un moyen de développer les intérêts chez les jeunes et un sentiment d’appartenance à leur milieu.
 
3e clé : Une bonne compréhension des règles de fonctionnement municipal :
 
La municipalité a ses propres règles de fonctionnement qui la distingue et une démarche pour obtenir l’implication d’une ville à vos projets doit en tenir compte.
 
La première règle est celle de la juridiction municipale. La ville doit son existence par la desserte de services locaux aux propriétés (aqueduc, égouts, entretien des routes, service d’incendie…) c’est pourquoi elle obtient son financement par les taxes foncières.  Par extension, elle dessert donc des services de proximité aux citoyens qui vivent dans ces propriétés (loisirs, culture, vie communautaire, sécurité publique).
 
Il faut donc bien comprendre les délimitations (frontières municipales) et savoir identifier l’impact de vos projets pour les citoyens de la ville.
 
Les décideurs municipaux seront sensibles à cette réalité des retombées particulières pour les citoyens qu’ils représentent.
 
De même on a tout intérêt à rechercher un fort appui de la population locale par une présence tangible dans la vie du quartier, de l’école ou de la paroisse. Ce sont les bases même de la structure locale de l’intervention municipale.
 
La démocratie municipale s’exerce aussi par un rôle accru de ses élus. Je dis souvent que les conseillers municipaux ont un plus grand impact sur les décisions quotidiennes de leur ville que les députés pour leur province.
 
Il est incontournable de bien travailler auprès des élus de quartier pour voir s’implanter un projet culturel dans votre ville. Leur conviction de l’importance du projet importe au moins autant que la recommandation de la machine administrative (fonction publique) car l’élu municipal est en lien direct avec sa population et doit décider des priorités d’action de la ville.
 
Finalement les contraintes budgétaires sont importantes à considérer. Les budgets municipaux sont limités et beaucoup de besoins doivent être comblés. Le réalisme budgétaire doit être pris en considération dans une démarche de financement municipal. À ce titre il faut être prêt à étaler votre projet en étapes de réalisation. Et surtout faire valoir des partenariats financiers avec les autres paliers de gouvernement, les écoles ou même le privé. Les élus municipaux étant souvent laissés à eux-mêmes dans le financement des projets locaux, ces partenariats deviendraient ainsi une source de motivation d’aller chercher des investissements des autres paliers de gouvernement.
 
Conclusion :
 
La municipalité est maintenant une partenaire incontournable du développement culturel et artistique et le succès de vos démarches pour en obtenir le soutien passera par votre bonne compréhension de ses enjeux particuliers et de ses modes de fonctionnement.
 
Pour le reste soyez imaginatif, et créatif et le succès viendra !
 
Bonne chance !


Source : http://www.culture-quebec.qc.ca/la-culture-une-priorite-du-monde-municipal/
 
                              

La nouvelle orthographe, parlons-en !

Résumé des principales règles

Les numéraux composés sont systématiquement reliés par des traits d'union.
Exemples : vingt-et-un, deux-cents, trente-et-unième

Dans les noms composés du type pèse-lettre (verbe + nom) ou sans-abri (préposition + nom), le second élément prend la marque du pluriel seulement et toujours lorsque le mot est au pluriel.
Exemples : un compte-goutte, des compte-gouttes ; un après-midi, des après-midis

On emploie l'accent grave (plutôt que l'accent aigu) dans un certain nombre de mots (pour régulariser leur orthographe), et au futur et au conditionnel des verbes qui se conjuguent sur le modèle de céder.
Exemples : évènement, règlementaire, je cèderai, ils règleraient

L'accent circonflexe disparait sur i et u. On le maintient néanmoins dans les terminaisons verbales du passé simple, du subjonctif, et dans cinq cas d'ambigüité.
Exemples : cout ; entrainer, nous entrainons ; paraitre, il parait

Les verbes en -eler ou -eter se conjuguent comme peler ou acheter. Les dérivés et -ment suivent les verbes correspondants. Font exception à cette règle appeler, jeter et leurs composés ( y compris interpeler).
Exemples : j'amoncèle, amoncèlement, tu époussèteras

Les mots empruntés forment leur pluriel de la même manière que les mots français et sont accentués conformément aux règles qui s'appliquent aux mots français.
Exemples : des matchs, des miss, révolver

La soudure s'impose dans un certain nombre de mots, en particulier dans les mots composés de contr(e)- et entr(e)-, dans les mots composés de extra-, infra-, intra-, ultra-, dans les mots composés avec des éléments "savants" et dans les onomatopées et dans les mots d'origine étrangère.
Exemples : contrappel, entretemps, extraterrestre, tictac, weekend, portemonnaie

Les mots anciennement en -olle et les verbes anciennement en -otter s'écrivent avec une consonne simple. Les dérivés du verbe ont aussi une consonne simple. Font exception à cette règle colle, folle, molle et les mots de la même famille qu'un nom en -otte ( comme botter, botte)
Exemples : corole ; frisoter, frisotis

Le tréma est déplacé sur la lettre u prononcée dans les suites -güe- et - güi-, et est ajouté dans quelques mots.
Exemples : aigüe, ambigüe ; ambigüité ; argüer

Enfin, certaines anomalies sont supprimées.
Exemples : asséner, assoir, charriot, joailler, relai


Source : http://www.orthographe-recommandee.info/miniguide.pdf
 

Programmation et mission de nos membres

Décembre, janvier et février 2015                                          

 

Cercle culturel et historique Hilarion-Cyr  


Le Cercle culturel et historique Hilarion-Cyr de Saint-Léonard à pour mission de promouvoir le développement culturel communautaire par la mise en place des activités par des actions culturelles concertées,  aux couleurs de la région avec la collaboration de partenaires éducatifs, municipal, religieux, associatifs, la communauté, le monde des arts et de la culture.

Activités :
 
24 décembre 2014 - Concert de Noël à la communauté dans la salle de l'Église par la chorale de la  Grande-Rivière.

3 février 2015 - Vernissage de l'exposition "Duo Nature" des artistes Sylvia Fournier et Serge Robichaud à la Salle Jocelyne-Violette-Dufresne de la Bibliothèque publique Dr-Lorne-J.-Violette de Saint-Léonard.

9 au 16 février 2015 - La semaine du Patrimoine, en collaboration avec l'école Grande-Rivière sous le thème l'Espoir renaît.
 

La Maison de la Culture inc.    
 
Développer et promouvoir les artistes acadiens de la région du Nord-Est par l'entremise d'expositions, de ventes d'ouvrages ou d'oeuvres artistiques, de spectacles et/ou toutes autres activités culturelles pertinentes, ainsi qu'à l'initiation de la population en général aux différentes formes d'art et diverses activités. Collaborer avec les institutions d'éducation, telles que les écoles, l'Université, le Collège, les bibliothèques publiques, etc. à la réalisation de projets culturels.

Activités :    
 
17 janvier 2015 - Spectacle lancement de l'album Orchidée d'Acadie à 19 h 30 à la salle Mathieu-Duguay à Lamèque. La Maison de la Culture en partenariat avec Les productions Demodou présente le spectacle de l'album double CD-24 chansons de Calixte Duguay. Pour l'occasion, l'ensemble vocal Musika Mundi, Michel Carpentier et Denise Leboeuf seront les invités de Calixte. L'entrée est gratuite.

29 janvier 2015 - Les Grandes Explorateurs, ciné-conférence " Sur les traces de Gengis", à 19 h à l'amphithéâtre de l'UMCS. Billets en vente à la Librairie Pélagie à Shippagan.
 
Michèle Leclerc et sa famille de 9 enfants suivent les traces d'un des plus grands héros de l'Asie, le puissant Genghis Khan. Après le Canada en vélo et un long séjour en Égypte, la famille de Michèle Leclerc réalise un autre rêve, celui d'un grand périple en ASIE CENTRALE. Départ de MOSCOU à bord du TRANSMONGOLIEN, les neuf enfants âgés de 6 à 23 ans traversent avec leurs parents la MONGOLIE jusqu'à Pékin.        

                                    
 
1er février 2015 - La Revue Acadienne, catégorie humour, à 20 h à l'auditorium de École Marie-Esther à Shippagan. Un spectacle hilarant laissant place à l'imagination réfléchie et spontanée, La Revue Acadienne est certainement une des productions professionnelles les plus comique du Nouveau-Brunswick. Avec les humoriste et improvisateurs Samuel Chiasson, André Roy, Robert Gauvin et Jean-Sébastien Lévesque, vous pouvez vous attendre à une soirée de fous rires mémorable. De plus, ces comiques se joindront à une fille humoriste de la région et au musicien Kevin McIntyre lors de ce spectacle à ne pas manquer.

                                               

31 janvier 2015 - Atelier d'improvisation avec La Revue Acadienne - Ces 4 comédiens ont tous un point en commun, soit l'improvisation, plus particulièrement l'improvisation à la base de leurs oeuvres ainsi que pour repousser leurs limites artistiques. C'est d'ailleurs avec cette approche que l'équipe a décidé de préparer une session de formation étalée sur 2 jours, mélangeant enseignement pratique, réflexion et exercice de performance. "On apprend en le faisant", voilà un adage qui résume bien la thématique que les artistes désirent offrir à votre communauté. 

13 février 2015 - François Léveillée, spectacle mélodieux qui promet de provoquer le rire chez plusieurs, à 20 h à la salle Mathieu-Duguay à Lamèque. Artiste accompli qui nous diverti par son humour et ses chansons, François Léveillée nous offre un spectacle mélodieux qui promet de provoquer le rire chez plusieurs. Titre : Les deux rôles de ma vie, mis en scène par Luc Senay. Afin de souligner cette fructueuse carrière qui a démarré au début des années 70' et dans la foulée de la présentation d'un nouvel album de chansons originales, François Leveillée offre un spectacle unissant les deux plus grands rôles de sa vie : humoriste et interprète.

21 février 2015 - Fantasma, pièce de théâtre du TPA à 20 h à l'auditorium de l'École Marie-Esther de Shippagan. Fantasma, c'est une ville située très loin, près d'ici. Un endroit où l'adultère est encadré de règles municipales et où il y a des chameaux sans bosses et des monstres au chômage. C'est un spectacle alliant théâtre et musique, chanté par Tanya Brideau et Matthieu Girard.

Ateliers offers aux élèves des cinq écoles de notre territoire à partir du 5 janvier : 
Atelier de tricot
Atelier de dessin et peinture
Ateliers de confection de bijoux avec du verre de mer
Ateliers d'Arts culinaires

Les billets pour les spectacle de La Revue acadienne, François Léveillée, et Fantasma sont en vente à la billetterie Atout Culture à notre bureau situé au local 123 à l'Université de Moncton, campus de Shippagan (argent comptant) ou sur www.atoutculture.ca. Pour plus d'information : 506.336.3423.

Les heures d'ouverture de notre bureau sont du lundi au vendredi de 12 h à 17 h 30. À noter que le bureau sera fermé du 21 décembre 2014 au 5 janvier 2015.
 
 
Société culturelle Centr'Art       

 
Sa mission est de travailler au développement culturel communautaire sur son territoire. Donc spectacles, vernissages, lancements d’album et de livres, théâtre amateur, organisation d’ateliers pour enfants font partie de sa programmation. Développement culturel veut dire innovation. 

Activités:

21 janvier 2015 - Benoit Paradit Trio à 20 h au Centre Culturel de Caraquet. Composé de Chantale Morin au piano et de Benoit Coulombe à la contrebase, ce trio montréalais est mené par Benoit Paradis à la voix, au trombone, à la trompette et aux percussions. 

6 février 2015 - La Revue Acadienne à 20 h au Centre Culturel de Caraquet.

14 février 2015 - Pascal Lejeune à 20 h au Centre Culturel de Caraquet.
En vente très bientôt ! 

 
25 février 2015 - Luc Langevin - Réellement sur scène. Dès son plus jeune âge, la curiosité et le désir de comprendre poussent Luc Langevin à plonger dans l'univers énigmatique de l'illusion. Il se démarque grâce à sa véritable expertise scientifique, à son talent naturel de communicateur et de vulgarisateur et surtout par la créativité et la précision de sa magie. Le positionnement du magicien s'est fait naturellement avec les forces suivantes : art, rigueur et charme.  
 
                                                     

 
Société culturelle des Hauts-Plateaux  

Viser l'enrichissement et le plein épanouissement de tous  les résidents francophones du territoire desservi par la société.

Activités:

 
Jusqu'au 10 janvier 2015 - Vous pourrez voir le Village de Noël 2014, septième création de l'artiste Madame Lise Hammond jusqu'au 10 janvier prochain. Un total de près de 3 000 ornements forment cette cité majestueuse qui couvre une superficie de 285 pieds carrés. Vous ne pouvez pas rester indifférent devant l'ampleur et les minutieux détails de l'oeuvre.

Madame Lise Hammond, artiste et bénévole et aussi la récipiendaire du prix Racine pour l'intervenante de l'année 2014 a reçu la création de l'artiste Kristianne LeBreton oeuvrant à la Gallery 78 de Fredericton. Son prix lui a été donné lors d'une activité, le 3 décembre dernier. Il faut mentionné que Lise a aussi été nommé comme personnalité culturelle par le comité ROC de la Ville de Saint-Quentin.

9 janvier 2015 - La Société offrira un 6 à 8, en hommage à ses bénévoles qui sont toujours là pour l'appuyer dans ses activités. Merci à chacun d'eux tout particulièrement aux troupes à Perloup et Vieille Tapisserie pour votre précieuse aide lors de la réalisation du Festival international de théâtre communautaire en Acadie. Sans votre aide l'événement aurait été bien différenté

4 février 2015 - Un vernissage des oeuvres offertes par des personnes qui ont à coeur le don de soi. Cette exposition ayant pour thème "Promotion de la vie" est rendue possible grâce à la collaboration du programme Le Maillon et à tous les artistes qui croient à notre projet de la promotion de la vie. Une invité surprise vendre faire une conférence sur l'estime de soi.

11 février 2015 - Journée porte ouverte, un atelier sera offert pour la fabrication d'une oeuvre collective ayant pour thème, la promotion de la vie.

 
15 février 2015 - François Leveillé "Les deux rôles" au Théâtre Fatima de Kedgwick à  20 h. Pourquoi « les deux rôles » ?  Car, bien avant de devenir un des plus grands humoristes du Québec, François s’était déjà fait connaître en tant qu’auteur compositeur-interprète. Dans ce tout nouveau spectacle, le metteur en scène Luc Senay a habilement incorporé quelques chansons de l’artiste afin d’y concocter un habile mélange qui vous plaira. Un spectacle riche par son humour, ses histoires et ses refrains. En première partie Eugénie et Cleophas, comédiens de la région qui vont souligner le centenaire de Kedgwick. Billet sur www.atoutculture.ca.
 

Bonne période du temps des fêtes à tous, repos et bons moments en famille !

Le bureau de la SCHP sera fermé du 19 décembre au 5 janvier. 
 
Société culturelle Les Chutes

 
1. Établir un réseau de communication et d'échange d'informations dans le domaine culturel afin de promouvoir l'entente, la solidarité et le partage entre les communautés de la région des Chutes.
2. Favoriser le développement et l'épanouissement des artistes et artisans acadiens et francophones de la région des Chutes en mettant à leur disposition l'information sur les mécanismes de promotion et de diffusion de leur art.
3. Aider la personne dans sa démarche de perfectionnement culturel.
4. Appuyer et promouvoir les projets culturels, artistique et artisanaux, et y participer.
5. Maintenir des liens et favoriser des échanges.

 
Société culturelle Sud-Acadie         

 
Notre mission est de contribuer au développement de la vie culturelle acadienne et francophone. Nos objectifs sont de soutenir le développement et la création artistique tout en assurant la diffusion artistiques et culturelle sur le territoire, d'éveiller et renforcer le sentiment de fierté française et d'appartenance à la communauté acadienne et de développer des partenariats avec les organismes de la région également intéressés au développement culturel.

Activité :

28 février 2015 - Le Théâtre populaire d'Acadie présente, sous forme d'autoproduction en collaboration avec la Société culturelle Sud-Acadie, la pièce Fantásma, le samedi 28 février 2015, à 20 h, à l'amphithéâtre de l'école Louis J. Robichaud. 
                                                                   
 

Société culturelle de Saint-François    


La Société culturelle de Saint-François à pour mission de promouvoir l'art et la culture, de même que sauvegardé le patrimoine et l'histoire de Saint-François-de-Madawaska.


Société culturelle de la Baie des Chaleurs    

 
Faire rayonner la culture francophone et acadienne au Restigouche, telle est la mission de la SCBC. Elle se donne pour objectifs d'encourager la créativité artistique dans différentes disciplines culturelles et de permettre la diffusion et le rayonnement des oeuvres artistiques acadiennes. Pour ses membres, la culture c'est ce que l'on est, ce que l'on vit, ce que l'on montre, ce que l'on exprime. Pour eux, la culture c'est tout.

Activité :     
 
23 janvier 2015 - La Revue Acadienne au Théâtre L.E.R à Dalhousie à 20 h.
   
 
Société culturelle Kent-Sud     
 
La société culturelle de Kent-Sud a pour mission le développement culturel communautaire de la région de Bouctouche à Grande-Digue, en passant par Notre-Dame, Saint-Antoine et Sainte-Marie. Elle est toujours bien vivante dans sa communauté en offrant de nombreuses activités et ateliers en lien avec les arts et la culture. Elle a d'ailleurs créé le Festival de la Folie des Arts, une vente d'oeuvres d'art en plein air dans une atmosphère festive qui promeut les artistes acadiens.

Activité :
 
19 décembre 2014 - Les gars du Nord (Wilfred LeBouthillier, Jean-Marc Couture, Maxime McGraw et Danny Boudreau) en spectacle avec La grande tournée du temps des fêtes à 20 h à l'École Clement-Cormier de Bouctouche.



 

Société culturelle Kent-Nord      
 
Nous sommes un organisme à but non-lucratif et notre mandat est surtout axé sur la conscientisation, la sensibilisation et la diffusion de la culture acadienne communautaire régionale en créant une influence dans toutes les disciplines artistiques suivantes : le théâtre, la musique, les arts visuels, la danse, l’artisanat et la littérature.
 
Société culturelle régionale Népisiguit     

 
La Société culturelle régionale Népisiguit voit à la circulation et à la diffusion de la création artistique acadienne et francophone. Grâce à cet organisme, desservant les villages de Saint-Sauveur et d'Allardville, les villes de Bathurst et Beresford ainsi que les régions de Roberville, Petit-Rocher jusqu'au village de Pointe-Verte, l'Espace culturel «la Bibitte» situé au CCNB - Campus de Bathurst a pu renaître, assurant ainsi une vitalité artistique et culturelle à cette région.   

Activités :

 

11 février 2015 - JMC - Violon et piano (Hommage à Fritz Kreisler, une légende!) à l'Auditorium Richelieu de l'École secondaire Népisiquit à 19 h 30.
20 $ adulte, 10$ étudiant.e, gratuit au 18 ans et moins. 

Cinépisiguit et Ciné-famille

À noter que les représentations régulières de Cinépisiguit sont les mercredis à 19 h et les représentations Ciné-famille, les dimanches à 14 h.


Mercredi 14 janvier 2015 Qu’est-ce qu’on a fait au bon Dieu Comédie

Dimanche 18 janvier 2015 Belle et Sébastien Aventures 

Mercredi 21 janvier 2015 Mommy Drame 

Mercredi 28 janvier 2015 Joséphine Comédie 

Dimanche 8 février 2015 Gang des hors-la-loi Aventures 

Mercredi 4 février 2015 La petite reine Drame sportif 

Mercredi 11 février 2015 Barbecue Comédie 

Mercredi 18 février 2015 Pour que plus jamais Drame 

Dimanche 22 février 2015 Le coq de St-Victor Animation 

Mercredi 25 février 2015 Le volcan Comédie

Pour la suite de l'horaire : www.scrn.ca

 

Société culturelle de la Vallée de Memramcook      

1. Offrire une programmation culturelle complète telle la musique, le théâtre, la danse, la littérature, l'art visuel.
2. Organiser ou de parrainer des activités culturelles.
3. Développer et de promouvoir les talents artistiques des gens de la région.
4. Offrir de la formation dans le domaine culturel.
5. Encourager les gens à poursuivre leurs aspirations culturelles et artistiques.
6. Établir des partenariats et des alliances stratégiques.

                
Activités:     

11 au 15 février 2015 - Festival Parlures d'icite - (Festival de contes) avec Alexis Bourque (agé de 9 ans) et Luc LeBlanc comme parrains du Festival.

Autres :

 
La Société culturelle de la Vallée de Memramcook se réjouit de la réponse du public et de l’énorme succès qu’a remporté le spectacle La vallée des possibles : l’œuvre de Camille Lefebvre présenté au théâtre du Monument Lefebvre les 9, 10, 11 et 12 octobre dans le cadre des célébrations du 150e anniversaire de fondation du Collège Saint-Joseph.
 
                           
 
Société culturelle Nigawouek      
 
Notre mission est de contribuer au développement de la fierté acadienne et française en faisant la promotion des artistes acadiens et des talents d'ici et d'ailleurs.




 


                                                                        
Cliquez-ici pour acheter vos billets avec Atout Culture !

 
 
Cliquez-ici pour visiter le calendrier culturel intérrégional !

                                
                      
 
 
Mélanie Haché
Agente de relations publiques
Téléphone : (506) 858-8000
cpsc.information@nb.aibn.com
Facebook
Facebook
Twitter
Twitter
Website
Website
LinkedIn
LinkedIn
Pinterest
Pinterest
YouTube
YouTube
Email
Email
Share
Tweet
Forward to Friend
Tous droits réservés © 2014 Conseil provincial des sociétés culturelles

Notre adresse :
27, rue John,
Moncton, NB E1C 2G7